Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 23:27

 

Le bilan social de la collectivité (un rapport pour la Ville, un pour le CCAS, à la date du 31 décembre 2011) est un document formalisé, plein de chiffres, publié obligatoirement tous les 2 ans après avis du Comité Technique Paritaire.

 

Les précédents rapports avaient été examinés lors du CTP du 25 juin 2010 (bilan au 31 décembre 2009).

 

 

Pour 2011, quelques indicateurs sont très inquiétants.

 

objets-bureau-graphiques-2

 

Les jours de « longue maladie, maladie de longue durée et grave maladie » sont en augmentation de + 36% en 2 ans (6550 jours en 2009, 8944 en 2011).

 

Les accidents de travail imputables au service augmentent de + 128 % (828 jours en 2009, 1890 jours en 2011).

 

gelule1

 

Les maladies professionnelles et maladies imputables au service augmentent de + 86,30 % (898 jours en 2009, 1673 jours en 2011).

 

Les évolutions législatives et réglementaires ne sont bien évidemment que d’une faible influence sur ce constat édifiant.

 

0018Le CCAS a connu une année 2011 très difficile, chacun s’en souvient, et le nombre de jours de maladie ordinaire y a augmenté de + 42 % par rapport à l'année 2009 (dans le même temps, - 4% à la Ville).

 

Le montant total des rémunérations annuelles brutes des fonctionnaires passe de 24 293 767 euros en 2009 (52% des dépenses de fonctionnement) à 25 045 408 euros en 2011 (58% des dépenses de fonctionnement), soit une augmentation de 3,09 % en 2 ans.

Mais dans le même temps, le coût des contractuels non fonctionnaires (et donc recrutés sans concours) augmente de + 16 %.

sante 014

Une statistique est très inquiétante, et semble montrer la mise en oeuvre de certaines pratiques dans la gestion des « ressources humaines », lorsque celles-ci deviennent moins ressources qu’humaines : 


En 2009, 32 agents en difficulté en raison de leur santé avaient bénéficié de mesures d’aménagement d’horaire ou de leur poste de travail, et aucun n’avait eu à subir une « mise en disponibilité d’office pour raison médicale ».


En 2011, 2 agents seulement ont bénéficié d’une mesure d’aménagement d’horaire ou de leur poste de travail et 20 se sont retrouvés en voie d'exclusion de la fonction publique par une mise en disponibilité d’office pour raison médicale !

 

Une évolution sinistre de la gouvernance ?


goodbye

 

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans bilan social
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 00:00

Guillaume Garot a déposé son bilan…

   

livreLe Comité Technique Paritaire était réuni vendredi 25 juin 2010 pour l'examen du bilan 2009 de la Ville de Laval. Ce document très formalisé, bourré de chiffres, présente l'état de la collectivité sur le plan des ressources humaines pour l'année écoulée, 2009.homme 032

 

C'est le premier exercice plein pour Guillaume Garot. FO l'a ausculté en le comparant avec l'exercice 2007, dernière année pleine du système d'Aubert.

 

Des suppressions d'emplois

 

Il apparaît clairement que Guillaume Garot applique à la Ville de Laval la politique de Nicolas Sarkozy vis-à-vis de la fonction publique, avec les suppressions de postes par le non remplacement des départs.homme 051

C'est là l'ambiguïté du député-maire : député, il dénonce les pertes d'emplois dans la fonction publique, maire il en a supprimé 117 ! La Ville de Laval comptait 1407 agents au 31 décembre 2009, contre 1524 fin 2007.


 

   Les actete 040cidents de travail

 

Ils ont représenté 1963 jours d'absence en 2009, contre 1363 en 2007, soit  + 44 % d'augmentation ! Un record…


 

La préventioncochon-bequille

 

Ceci explique peut-être cela : en 2007, pas d'ACFI (Agent Chargé de  la Fonction d'Inspection pour la sécurité dans le travail), et toujours pas en 2009 ! En 2007, 3 agents s'occupaient de la prévention, de l'hygiène et de la sécurité dans les services, 1 seul en 2009 !

 

Paix sociale ?

 

smiley 301En 2007, 54 jours de grève dont 0 % pour raisons locales ; en 2009, 332 jours smiley 760de  grève dont 46 % pour raisons locales ! Bonjour le dialogue ! 

 

  

 

Concours

 

homme 042Le principe républicain du recrutement par concours est essentiel. La Mairie de Laval ne propose toujours pas de postes à mettre aux concours. Quant aux agents qui s'y présentent, il leur est précisé qu'ils ont peu de chance d'être nommés dans la collectivité. Un de nos collègue en a réussi un trois fois, perdant à chaque fois le bénéfice au bout de 2 ans, avant d'être enfin nommé !

 

 

 

Motivation

 

Pas facile à quantifier ! mais il suffit de tourner dans les services pour se rendre balayeurcompte que le moral est en berne et que l'incertitude sur les missions et les projets est très répandue. Et les compliments dispensés dans les discours ne font pas oublier les critiques entendues ("hélas ! nous n'avons pas les compétences dans les services pour cette mission…"). 

 

 

Expression syndicale

 

censureDepuis toujours, les organisations syndicales disposaient d'une page d'expression dans le bulletin interne des employés municipaux. D'Aubert avait scrupuleusement maintenu cette situation (même si FO était régulièrement censuré… ce qui était un honneur !). Depuis 27 mois, c'est terminé ! Manifestement, Guillaume Garot ne supporte aucune critique…

 

 

Enfin, le prochain bilan, celui de 2010, pourra faire état d'une grande première pour les services municipaux dans l'histoire de la Ville de Laval : la privatisation d'un service, le stationnement, au profit d'une société capitaliste du CAC 40 !

 

FO a voté contre la présentation de ce bilan. La CGT et la CFDT se sont abstenues.

 

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans bilan social
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 19:00

Bon anniversaire, M. Garot !


gâteau deux bougies 2Comme le temps passe ! même si, au fond d'eux-sablier 1mêmes, certains d'entre eux ont encore l'impression d'arriver, un tiers du mandat est désormais réalisé : le temps des excuses préfabriquées et de l'héritage est donc bien terminé.


De nombreux agents municipaux ressentent au quotidien ce qui caractérise la nouvelle "gouvernance" lavalloise : un goût assez prononcé pour une communication futile, colorée et volontiers anesthésiante ; un verbiage participatif qui tranche avec une pratique très resserrée de la réalité du pouvoir municipal ; une transparence rendue opaque par la peur et le goût du secret ; une autosatisfaction souriante, l'art de présenter comme planification tranquille ce qui est bien souvent la simple mise en forme de la précipitation et de l'improvisation ; une préférence marquée pour l'événementiel, l'éphémère, le paraître, le pavoisement permanent.

La nouvelle "gouvernance" s'attache avant tout à la forme, au détail, à la virgule, oubliant parfois l'essentiel, le fond et les fondamentaux. Elle prétend tourner la page de son prédécesseur tout en reprenant beaucoup de ses pratiques, même les plus contestables, mais sans son talent, il faut bien le dire (modes de recrutements, générosité sélective, indifférence aux efforts et à la réussite aux examens et aux concours, irrespect du statut…).


La nouvelle "gouvernance", c'est aussi le mirage du virtuel qui enjolive la réalité ; c'est le foot professionnel comme horizon, comme modèle, comme gloire ; c'est le rouge qui a viré au tango, le militant oublié à qui l'on conseille d'être un simple supporter. Le cocktail de la mi-temps est alors un lieu productif en projets, là où se scellent les nouveaux partenariats…


La nouvelle "gouvernance", c'est la frilosité qui la fait s'offusquer de toute critique, comme si elle détenait la vérité par avance. Et cette critique, elle la fait effectivement taire en faisant en sorte que, depuis deux ans, il n'y ait plus aucune expression syndicale dans le bulletin municipal interne. Il n'y avait d'ailleurs plus de bulletin municipal interne jusqu'à une date très récente, comme si cette nouvelle "gouvernance" avait même peur de ses propres écrits. Le personnel doit désormais se contenter d'un simple recto-verso dont les couleurs vives, parfois ton sur ton, occultent le propos lénifiant.


La nouvelle "gouvernance" n'a jamais communiqué le résultat du volet de l'audit financier consacré au personnel. Elle en a même nié l'existence, comme si un audit sur une "entreprise" pouvait ignorer 60 % des dépenses de fonctionnement. Ce qui y était préconisé n'était donc pas avouable ?


En fait, sans le dire, elle en a tiré toutes les conséquences, et s'est organisée en fonction : la DRH est désormais sous l'étroite tutelle des finances. Le recrutement d'un DRH traîne d'ailleurs depuis de longs mois, et à chaque fois, elle fait mine de déplorer le désistement des candidats. C'est l'arlésienne !


  La nouvelle "gouvernance" a institué une gestion comptable des ressources humaines, que ne renieraient pas les politiciens les plus libéraux.


Que nous prépare-t-elle pour les prochains mois ? Fera-t-elle, pour l'avenir des services, des choix que le libéral d'Aubert lui-même n'avait pas osé faire ?


Bien des services ressentent la défiance dont ils font l'objet (quelque part, ça tombe bien, la confiance n'est plus réciproque). C'est le court-circuitage permanent, bien illustrégif animé masques - un pleure un rit par la préparation budgétaire de cette année, dont les services sont totalement exclus, ce que d'Aubert lui-même n'avait jamais fait.
Le capital sympathie de la nouvelle "gouvernance" a tellement fondu que même une augmentation de 26 % des avancements ne suffirait pas à le rétablir !


Nous, organisations syndicales, n'avons-nous pas une part de responsabilité par une certaine inaction, peut-être teintée de complaisance ?


gif animé balaiIl n'y a plus de tribune syndicale dans le bulletin interne : or, il n'y a pas eu plus de tracts pour autant.

Et pourtant, le malaise et la désespérance existent dans nos services. L'arrêt maladie serait-il donc devenu le dernier recours pour pallier une action syndicale devenue bien timide ?


Telles sont les réflexions que le Vecteur Libre et Indépendant tenait à vous exposer au début de cette troisième année. Il est temps d'en tirer les conséquences.

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans bilan social
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 21:56

 

Des vœux dans un climat dégradé


(de nos envoyés spéciaux)


ynoe103Sale temps, mais de saison, pour les vœux de la municipalité aux fonctionnaires territoriaux. Ceci amena d'ailleurs le DGS et Guillaume Garot à rendre hommage aux agents des services techniques qui ont salé et sablé les espaces publics. Mais, manifestement, les cœurs de beaucoup de participants sont restés gelés…

Des bancs et des tribunes très clairsemés (environ 400 participants dont les nombreux médaillés et beaucoup de retraités), de timides applaudissements…acrobate

La soirée débuta avec un artiste de la troupe "Etoile de Mer" : vire-volte, grand écart, acrobaties… le ton était donné !


Les discours


Le DGS a rappelé tous nos mérites de l'année 2009 : nouvelle organisation, ouverture des services coeur-gif-110administratifs le lundi, création des assemblées de quartier, du service LDP, l'installation du service jeunesse dans la maison du XVIIIème, la semaine des associations, les assises de la culture, hommage appuyé à tous nos collègues des services d'astreintes, efforts en direction de l'accueil des citoyens qui sont "au cœur des préoccupations de la municipalité", la mobilité interne, les efforts de formation (3285 jours pour 1079 agents), un hommage particulier au travail acharné de notre collègue chef du projet "développement durable" qui a su mettre en place la collecte sélective du papier dans les services et qui va s'attaquer désormais aux économies d'eau et d'énergie, tout cela dans le cadre de la constitution d'un socle d'une "démarche durable"…

Pour 2010, de grandes annonces : développement de missions internes d'audit, l'informatisation du paiement des centres de loisirs, diffusion du logiciel IATAL, les inscriptions scolaires, le développement de formations adaptées, la finalisation de l'organigramme,… Il termina sur le triple mot d'ordre pour la nouvelle année : "Mouvement, changement, vitalité".

Guillaume Garot ne fut pas en reste sur les éloges au personnel. Il se félicita des nouvelles relations sociales fondées sur le "dialogue et la proximité", rappelant sa "démarche respectueuse", et saluant la "qualité du dialogue dans les instances paritaires". Il rappela sa volonté de lutter contre la précarité (42 agents stagiairisés ou ayant vu leur contrat prolongé) qui se poursuivra. Il cita deux exemples d'amélioration des conditions de travail des agents : la charte des ATSEM et l'acquisition du "Point à temps" (machine permettant de répandre de l'émulsion bitumineuse dans les nids de poules).

Il appela, pour 2010, à une "nouvelle concertation" et annonça ses grands chantiers :

voitures-apied- le remplacement des voitures les plus vieilles avec l'optimisation de leur utilisation par leur mutualisation, souhaitant que "plus d'agents aient accès aux véhicules", ce qui permettra de réduire les coûts de fonctionnement.

- la refonte du régime indemnitaire "plus juste, plus équitable, plus lisible, plus à même de renforcer l'attractivité de Laval" : "à grade égal et fonction égale, rapprocher les régimes".

- "circulation de l'information et meilleure communication entre les services" (refonte de l'intranet, création d'une lettre d'information aux agents tous les mois, création d'un magazine 2 fois par an pour "valoriser les temps forts de l'action municipale").


Du temps au temps…rev 019


Guillaume Garot s'est alors lancé dans un vibrant plaidoyer sur la nécessité de prendre le temps : "le temps du dialogue social", "le temps de la concertation", "le temps d'une évolution comprise, partagée, durable et qui bénéfice à tous…"

Il a annoncé un cycle de rencontres directes avec les agents entre le 8 et le 12 février. Ce sera "un mrev 022oment important". Il a parlé des contraintes financières, de la nécessité de s'adapter aux nouvelles demandes…

2010 sera "l'année du changement", du "rassemblement" qu'il veut "faire avec nous". Il a cité le concept de "ville jardin" qui commencera avec l'aménagement du square de Boston, et avec un nouveau quartier (les terrains du 42ème, "future vitrine de Laval"). Il a parlé de "nouvelles solidarités"…


La partie festive


anniversaire personnages013Comme tous les ans, il y eut les remises de décorations, l'hommage aux retraités, puis le traditionnel pot de l'amitié…

Ce sympathique pince-fesse était particulièrement réussi cette année : pas de bousculade autour des buffets très accessibles, des petits fours délicieux avec triple, quadruple, décuple part pour chacun (quand il y en a un peu pour 1000, il y en beaucoup pour 400 !).


Le nouveau bulletin interne : des images et des bons points


objets-bureau-rangement-papier-2La municipalité édite enfin un bulletin, plus exactement une feuille recto-verso intitulée "La Lettre d'information des agents municipaux". Le premier numéro a été distribué lors de la cérémonie des vœux, et paraîtra tous les mois. Deux fois par an, un magazine "valorisera également l'action des services et des agents municipaux".

Cette lettre, par sa brièveté et la réelle insipidité de son contenu, s'apparente tout au plus à un post-it, un tract, un texto, mais est suffisante, semble-t-il, pour exprimer la pensée municipale…

En fait, après presque 2 ans, c'est là le service minimum.

Ni le Directeur Général, ni l'adjoint au personnel ne s'y expriment. Une série de petites photos prétend décrire l'activité municipale.


La nouvelle com' est arrivée !


journal001Guillaume Garot écrit : "cet outil est le vôtre". En fait, qu'en est-il ?

Observons tout d'abord que la feuille recto-verso est loin de ressembler aux bulletins de 16 pages rédigés par nos collègues entre 1989 et 2008. De plus, le service de communication interne relevait de la DRH, alors que le nouveau feuillet relève de la communication externe et du Cabinet politique.

D'Aubert ne s'y exprimait jamais.



Une Com' subliminale ?

cerveau-gif-002


Le nouveau bulletin s'intitule "La Lettre d'Information des Agents Municipaux" : le L.I.A.M.

Liam ? c'est un des diminutifs courants de William en Irlande, qui veut dire Guillaume !!!

Chapeau, l'artiste !


Les syndicats absents !


D'Aubert était ce qu'il était, mais une page, même en petits caractères, était quand même attribuée à l'expression des organisations syndicales, ce qui permettait de faire parvenir chaque mois une information à tous les agents, notamment les plus isolés qui n'ont pas internet, ou sont difficilement contactés par les militants qui distribuent les tracts ( tracts qui se font de plus en plus rares, d'ailleurs…).

ciseaux013Certes, FO était régulièrement censurée, mais c'était là le plus bel hommage que d'Aubert pouvait nous rendre. Ajoutons que l'audience du Vecteur Libre et Indépendant, né en réaction à cette censure, compensait largement cette tentative de nous réduire au silence.

Dans "La lettre d'Information des Agents Municipaux" de Guillaume Garot, pas de place pour l'expression syndicale. Oubli malencontreux de la part des élus de gauche ? Frilosité ? Peur d'entendre quelques vérités qui fâchent ?

Est-ce là, noir sur blanc et mauve, la "nouvelle communication", le "respect des partenaires sociaux" que M. le Maire appelle de ses vœux pour 2010 ?

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans bilan social
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 12:00

Au début, comme toujours, il y eut des bonnes résolutions…

 


«Respect»…, «Transparence»…, «Mobilité volontaire»…, «Développer les parcours professionnels»…, «Respect des règles»…, «Appels à candidatures»…, «Charte du dialogue social»…..

 


Tels étaient, en effet, les maîtres mots de la nouvelle municipalité dès le lendemain de son élection.

 

15 mois après, qu’en est-il au moment où se sont tenues les commissions paritaires pour les avancements de grade et où vient de se mettre en place une nouvelle organisation, le tout avec une kyrielle d’ouvertures de postes ?

 

Bienvenue à la Société Anonyme...

L'organigramme vient d'être diffusé à tous les agents dans le bulletin de paye. Aucun nom. Beaucoup d'agents s'en étonnent.


Loin des yeux, loin du cœur…

 
Pour les avancements de grade, que constatons-nous ?

 

De nombreux collègues méritants sont restés sur le carreau. Pour l’accès à la catégorie B de la filière administrative à la promotion interne, la secrétaire de l’adjoint au maire en charge du personnel et du premier adjoint a eu la préférence. Sous d’Aubert, ce fut la secrétaire du Directeur Général des Services : bien évidemment, leurs qualités personnelles et professionnelles ne sont pas en cause, mais des collègues tout aussi méritants et plus anciens, ont été écartés.

 


Passe ton Bac d’abord…

 

D'autres collègues, très anciens dans leur grade et qui se voyaient bloqués pour toute évolution de carrière par le statut depuis une quinzaine d’années n’ont pas pu bénéficier des modifications statutaires introduites par la réforme de la fonction publique de 2007. Ils se sont vu opposer un refus sur le motif qu’ils n’avaient pas "fait leurs preuves dans la nouvelle organisation" qui n’était pas encore en place... et alors même qu'il n'y avait là aucune incidence financière immédiate pour la Ville.

 

 

D’autres collègues se sont vus refuser un avancement de grade au prétexte qu’ils n’occupaient pas un poste correspondant au grade, mais, et c’est une première, il est depuis peu toléré qu’une directrice territoriale (de catégorie A) fasse le travail d’un agent de catégorie C…

 


Le jeu des chaises musicales…

 


Pour les recrutements, les annonces fleurissent.

 

Nous avons recensé 35 postes créés ou mis en circulation ces dernières semaines.


 

Certains ont fait l’objet d’une publicité uniquement pour la forme et pour faire illusion, d’autres ont donné lieu à des parodies de jury, puisque nous étions en mesure de donner le nom du gagnant par avance. Dans 3 cas, les agents ont refusé vigoureusement le poste qui leur était vivement suggéré.


Avant même les publications de vacance, la plupart de ces postes étaient donc déjà pourvus. Pour 3 recrutements, il n’y a même pas eu de publicité.

 


Une collègue contrainte de postuler sur son propre poste !

 


Un cas mérite une particulière attention : c’est celui de la chargée des jumelages. En fonction depuis 10 ans, c’est incidemment qu’elle a appris que son poste faisait l’objet d’un appel à candidatures ! Plusieurs collègues ont immédiatement renoncé à s’y présenter par délicatesse. Vous-même, que penseriez vous si vous découvriez une annonce offrant votre propre poste aux autres agents ? Dans ce cas précis, elle s’est révélée être la meilleure devant le jury où elle a disposé de 10 minutes pour démontrer la motivation qui est la sienne depuis 10 ans. Mais la municipalité traîne des pieds pour lui annoncer son "nouveau recrutement" et semble même avoir envisagé, un temps,  de convoquer un second jury, prolongeant d'autant l'attente et la cruauté de la situation. 3 mois après le jury, elle n'a toujours pas reçu de réponse. Voilà une manifestation concrète du «Respect» de M. Garot.


Départ attendu...

Dans un service, le départ d'une collègue est attendu avec impatience, et certains se sont déjà répartis ses responsabilités... ça fait toujours plaisir !


Pas d'enthousiasme particulier...

On peut mesurer l'enthousiasme d'une nomination obligée à l'empressement avec lequel M. Garot met en place les nouvelles responsabilités. Certains, bien en cours, ont vu une envolée de notes de service pour les introniser. Ils ont même eu droit à leur photo dans la presse. D'autres ont attendu l'arme au pied qu'on leur donne le feu vert...

Même sentiment dans les courriers de nomination. Certains sont tellement laconiques, voire signés après la date d'effet, que manifestement ça les emm...


Cher, chère...

Dès son arrivée, M. Garot a voulu que les services adoptent la formule "Cher Monsieur" ou "Chère Madame" auprès des administrés. Pas de problème, si ça peut fluidifier les relations avec les contribuables... Mais le personnel, lui , échappe à cette formulation.
Bien mieux, une collègue a reçu une lettre personnelle avec la mention "Madame, Monsieur" !


Bien mieux que les emplois statutaires «prêt-à-porter» , les emplois «ajustés sur mesure»…

 

La tentative de nomination d’un « Directeur Général Délégué » mérite d’être contée.

 


Le 20 janvier 2009, le Directeur Général des Services diffusait à l’ensemble des services une simple note annonçant la nomination d’un collègue aux fonctions de « Directeur Général Délégué » en charge du « pôle ressources ». Par sa rédaction quelque peu étrange, cette note attira l’attention des organisations syndicales car cette fonction de «Directeur Général Délégué» n’existe pas dans le statut de la fonction publique territoriale. Seul un fonctionnaire titulaire remplissant des conditions de grade très précises peut être détaché pour occuper l’emploi fonctionnel de «Directeur Général Adjoint». Les agents contractuels ne peuvent occuper l’emploi fonctionnel de «Directeur Général Adjoint» que dans les communes de plus de 150 000 habitants. Manifestement le maire joue sur les mots en parlant de «délégué» au lieu du terme «adjoint».

Des organisations syndicales ont réagi et demandé la communication des pièces obligatoires :

- Publication de vacance de poste,

- Appels à candidatures,

- Liste des candidats,

- Date du jury.


Par lettre du 4 février 2009, l’adjoint au maire délégué au personnel leur répondait en reconnaissant l’impossibilité de nommer un agent contractuel sur un emploi fonctionnel de « Directeur Général Adjoint ». Il annonçait le lancement prochain d’une publicité et précisait que l’agent n’était pas recruté mais juste chargé d’une "mission de préparation et de coordination". C’est t
out naturellement que les syndicats ont demandé la publication d’une note rectificative diffusée à l’ensemble des destinataires de la note du directeur général des services. A ce jour, aucune note rectificative n’a été diffusée dans les services. Et le conseil municipal du 30 mars 2009 a approuvé la création exotique du poste bidon, et interdit par le statut, de "Directeur Général Délégué " (lire la délibération).

L'annonce de recrutement a été publiée au grade d'administrateur ou administrateur hors classe. Mais il n'en existe pas à la Ville, et le seul poste vacant a soigneusement été supprimé lors du "nettoyage" du tableau des emplois, lors du conseil municipal du 8 décembre 2008. La municipalité déclare, un sourire en coin, qu'elle espère "qu'un fonctionnaire titulaire postulera" : pas de danger, il n'y en a pas à ce grade. Le nom du futur contractuel est connu (paraît même qu'il est déjà en poste...). Mais calculé sur la base du grade d'administrateur, le salaire sera très conséquent.

 
Un autre exemple, tout aussi caricatural, illustre ces libéralités. Le départ d’Annabelle, chargée de la communication de Laval Agglomération, a donné lieu à un appel à candidature auquel ont répondu des fonctionnaires titulaires. En fait, une nouvelle fois, l’affaire était réglée d’avance et c’est un agent contractuel qui, sans vergogne, a pris le poste avant même la date limite de dépôt des candidatures. Une organisation syndicale a demandé la communication de l’ensemble des pièces relatives à ce recrutement : une affaire à suivre…

 


Des emplois fonctionnels par tacite reconduction…

 


Bénéficiant bizarrement du silence complice de la préfecture et du Trésorier Payeur Général, la municipalité a laissé se perpétuer deux emplois fonctionnels qui sont arrivés, et ce depuis plusieurs mois, à l’échéance de la durée de détachement qui est limitée à 5 années. Ces deux emplois n’ont pas donné lieu à la procédure de renouvellement, plaçant les agents qui les occupent dans une situation de fait dépourvue de toute base légale.

 


Concours de circonstances…

 


Le concours est le socle de la fonction publique républicaine : correction anonyme des épreuves, stricte égalité des candidats pour l’accès à l’emploi public. C’est une prévention efficace contre le népotisme, le clientélisme, les modes de recrutements en réseaux affinitaires…

 

On a l’habitude de dire que c’est le moyen de rentrer par «la grande porte ». A la mairie de Laval, c’est manifestement le moyen de prendre la porte dans l’autre sens, celui de la sortie…

 

La municipalité a clairement fait entendre que les agents qui réussissaient un concours avaient peu de chances d’être nommés, et devraient donc aller voir ailleurs. C’est donc cela « la mobilité volontaire » ? la Mayenne compte-t-elle trop d’habitants ? Et la famille des agents, dans tout çà ?

 

La manifestation de ces pratiques intervient dans un mauvais climat général des services municipaux et communautaires :

 


- Démotivation,

- Imprécision et confusion des missions et procédures,

- Absence de transparence et d’information,

- Défiance de certains élus vis-à-vis des services.


Après 15 mois d’exercice du pouvoir, l’inélégance a remplacé la promesse de respect, le copinage la promesse d’impartialité, le bricolage la promesse solennelle du respect des règles.

Au train où ça va , Ségolène va se sentir obligée de nous présenter des excuses...
 

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans bilan social
commenter cet article