Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 12:53

homme-gif-252Observatoire de la neutralité

 

Regroupant des fonctionnaires lanceurs d'alertes et des citoyens, cet Observatoire, comme il l'a fait en 2008, a pour mission de s'assurer de la parfaite neutralité de l'administration et de ses moyens avant le scrutin municipal, et de lutter contre la désinformation officielle.

 

 

COMMUNIQUÉ n° 1

 

 

Nos premières constatations

 

 

La LIAM est-elle en campagne pour M. Boyer ?

 

La LIAM (Lettre d'Information des Agents Municipaux) est le recto-verso édité et diffusé chaque mois par la municipalité et le Système auprès des fonctionnaires de la Ville de Laval.

Elle a remplacé le bulletin interne mis en place sous André Pinçon, Yves Patoux et François d'Aubert, sous des noms différents, qui comptait alors 8 à 16 pages et accueillait chaque mois une page d'information syndicale, véritable tribune pour les partenaires sociaux.

Guillaume Garot a supprimé cette expression libre dès son élection et l'a remplacée par cette LIAM, véritable voix de son maître.

 

voix maître


4 ans plus tard, en mai 2012, il a dû se résoudre à concéder, 1 fois par trimestre, un article de 1500 caractères, pas un de plus, pour chacun des 3 syndicats représentatifs.


Le n° 45 de la LIAM, publié en décembre 2013, à 90 jours des élections municipales, en fait un véritable organe de propagande en direction des agents municipaux, avec une grande photo de M. Boyer et de ses proches de la DRH. Il signe "solennellement" la convention PSC avec la MNT. Il oublie simplement de préciser qu'à compter de 2014, le gouvernement dont il est un des conseiller a supprimé l'exonération d'impôt sur la participation de l'employeur à la protection sociale complémentaire. Ceci représente une somme d'impôt supplémentaire de 70 euros en moyenne pour 13 millions d'actifs concernés, parmi lesquels la plupart des employés municipaux de la ville de Laval !

 

liam45 001


L'autre face vante la "lutte contre la précarité" au sein des services municipaux alors même que ses prédécesseurs avaient régulièrement pris des mesures de résorption en leur temps, comme le font beaucoup de collectivités de toutes tendances politiques.

M. Boyer oublie de rappeler qu'il a été le seul maire de Laval à licencier des agents précaires, dont certains travaillaient à la Ville depuis plusieurs années, allant même, pour certains, à leur souhaiter une bonne continuité dans leur vie professionnelle...

 

Or, ce bulletin LIAM ne publiait que très exceptionnellement la photo du maire, ainsi lors de son élection ou prise de loin pour illustrer des réunions du personnel.

 

Dès lors, cette publication ne nous paraît pas conforme aux dispositions de l'article L 52-1 du Code électoral qui stipule notamment : 

"…A compter du premier jour du sixième mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections générales, aucune campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d'une collectivité ne peut être organisée sur le territoire des collectivités intéressées par le scrutin…".

Ces campagnes sont celles financées par les fonds publics et l'argent des contribuables, ce qui est le cas pour la réalisation et la diffusion dans les bulletins de salaire de cette LIAM.

 

Le Ministre de l'intérieur a d'ailleurs tenu à rappeler expressément dans une circulaire du 12 décembre 2013 que, dans les 6 mois qui précèdent le scrutin, les publications municipales doivent avoir  "un caractère neutre" et doivent "présenter un contenu habituel et revêtir une présentation semblable (texte et photographies éventuelles) aux précédentes éditions".

 

brosseCertes, on pourra objecter que la flagornerie caractérise le contenu habituel de la LIAM, mais la photo et le bilan sont manifestement de trop.

 

Ainsi, M. Boyer nous semble, sous réserve de ce que pourrait décider le juge de l'élection ou la Commission des Comptes de Campagne (CNCCFP), avoir abusé de sa position de maire pour faire valoir son bilan auprès des centaines d'agents municipaux qui votent à Laval. Il aurait ainsi financé sur fonds publics une action de propagande dont les listes concurrentes ne pourront bénéficier.

 

 

Un guide spirituel ?

 

A 75 jours de la fin du mandat et des élections municipales, M. Boyer diffuse un nouveau document, qui n'existait plus depuis au moins 10 ans : le "guide des nouveaux agents".

 

guide agents


En page 3, la photo de M. Boyer et un éditorial très optimiste dans lequel il expose ses projets pour "les prochains mois et les prochaines années"...

 

Il en profite pour évoquer son bilan :

"Dans nos services municipaux, je souhaite que chacun puisse se sentir bien... Depuis 2008, nous avons donc engagé des actions concrètes pour renforcer l'équité entre les agents..."

Un tel propos ne peut effectivement impressionner que des nouveaux agents, et encore, s'ils viennent de l'extérieur du département...

 

Et sans rire, il proclame : "Je suis à vos côtés, comme tous les élus municipaux, dans un dialogue simple et direct" ! Voilà qui va satisfaire ceux qui ont bien du mal à avoir un rendez-vous...

 

Là encore, ce nouveau document, qui sera peut-être obsolète très prochainement, et dont l'impression et la diffusion auraient pu attendre quelques semaines de plus, répond-il à la réglementation stricte des moyens de communication en période électorale ?

 


Délinquance :

une pseudo-statistique suspecte...  intox ?

 

Dans le bulletin municipal n° 54 de décembre 2013 - janvier 2014, M. Boyer fait état d'un chiffre très peu étayé et développé.

 

Il écrit : "Le chiffre du mois… - 6%. Depuis le début de l'année, les atteintes aux biens (cambriolages, vols, dégradations) ont baissé de 6% à Laval. Ce recul a été constaté par la police nationale entre le 1er janvier et le 31 octobre 2013. Une évolution qui renforce la position de Laval comme une des villes les plus sûrs (sic) de France".

 

cambriolage

 

voleur

 

Ce n'est pas forcément le ressenti de tous nos concitoyens, mais il ne nous appartient pas d'alimenter un quelconque sentiment de peur qui ferait le jeu de candidats extrémistes.


 

Toutefois, un bulletin municipal, à l'approche des élections doit rester neutre et informatif. Il doit, surtout dans un domaine aussi sensible, s'abstenir de présenter des données partielles et partiales...

Il est d'abord surprenant que les statistiques de la police ne soient pas à la disposition de tous ceux qui participent au débat public dans les mêmes conditions. Et il est surtout surprenant que ce ne soit pas le préfet qui les présente, avec toutes les précautions et précisions qui s'imposent.

 

Il existe une méthodologie précise pour l'établissement de ces statistiques, développée par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

C'est ainsi qu'il est fait une distinction nette entre les cambriolages selon qu'ils affectent des résidences, des locaux commerciaux ou industriels, d'autres lieux.

Entre 2011 et 2012 à Laval, les cambriolages de résidences avaient augmenté de 37,83 %, et ceux de locaux commerciaux et industriels avaient diminué de 48,88 % ; ceux des autres lieux avaient augmenté de 42,26 %.

 

Les statistiques officielles de la délinquance comportent beaucoup d'autres rubriques que M. Boyer se garde bien de présenter dans le bulletin municipal : les vols (ainsi, ceux des véhicules ont augmenté de 24,32 % entre 2011 et 2012...),  les dégradations, les violences familiales, les escroqueries et infractions économiques, la lutte contre les stupéfiants, etc...

 

 

agression

 

On le voit : les chiffres de la délinquance doivent être précis et complets, si l'on veut s'approcher de la vérité, surtout quand ils sont présentés comme "officiels" dans un bulletin municipal à 90 jours des élections. Développer un sentiment de peur ou, au contraire, tenter d'anesthésier la population en masquant la réalité, est contraire au débat démocratique sérieux.


 

Vidéosurveillance ou… home cinéma ?

 

 

  cameras002cameras001   home cine1


A quelques semaines des élections, devant un réel sentiment d'insécurité de nos concitoyens, mais surtout pour tenter de couper l'herbe sous le pied de l'opposition, M. Boyer (Jean-Christophe) évoque la mise en place de la vidéosurveillance à Laval. Il l'a fait au cours de la séance du Conseil municipal du 16 décembre 2013, à la surprise des élus de l'opposition et même de certains élus de la majorité. Un crédit de 100 000 euros est vaguement prévu pour une "expérimentation".


Il ne nous appartient pas d'émettre un avis sur ce choix politique. Parmi nos camarades spécialisés en ce domaine dans d'autres villes, les avis sont variés et nuancés : certains estiment que l'installation des caméras déplace les actes de délinquance ; d'autres en vantent les mérites et l'efficacité, surtout d'ailleurs dans la résolution de certaines enquêtes.

Il faut également tenir compte du débat de société suscité par une telle décision, entre les conceptions de sécurité et de liberté. Ainsi, traverser la ville de Londres revient en une journée à être filmé 300 fois…

 scameraman

Mais faire cette annonce en présentant son début de réalisation comme imminent, alors que les moyens ne sont pas prévus en personnel de police pour visionner en direct 24h /24 et 7 jours/7, seule solution pour rendre efficient ce système de protection, revient à enfumer la population, et ce n'est pas bon pour une bonne vision sur les écrans de contrôle de la démocratie…

 

 pellicule


Finalement, M. Boyer fait peut-être un peu de cinéma autour de la vidéosurveillance…

 

cameras003

 

 

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans observatoire neutralité
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 15:59
Le Système évacue la Mairie !


C'est une noria de camions qui, depuis lundi, évacue les dossiers de la Mairie.

Les broyeuses tournent à plein.

undefined

La nouvelle équipe trouvera des armoires vides, des ordinateurs nettoyés !undefined


Le Système efface les traces de son passage...



undefined undefined






Repost 0
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 14:25

undefined
L'Observatoire de la neutralité de l'administration municipale de la Ville de Laval, mis en  place par le Vecteur Libre et Indépendant le 31 décembre dernier, communique :

 

"Pour annoncer sa réunion publique du 6 mars, M. d'Aubert a écrit aux associations pour les inviter. A cet effet, il a utilisé un jeu d'étiquettes édité à partir du fichier municipal des associations.

 undefined

C'est là une intervention supplémentaire de responsables de l'administration de la Mairie de Laval en faveur d'un candidat, et ce, au mépris du respect de la neutralité de l'administration et du respect de l'égalité entre les candidats".

 
undefinedundefined

Il faut savoir que les fichiers ont une traçabilité parfaite, assurée tout simplement par une erreur dans le libellé d'un nom ou d'une adresse.

Repost 0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 18:40

Ceundefinedrtains membres de la Direction Générale
 totalement engagés 
dans la campagne de François d'Aubert.

  

Nous n'avions jamais connu une telle situation à la Mairie de Laval. Dans le passé, nos dirigeants, même si leurs sympathies politiques étaient connues, savaient respecter l'obligation de réserve, et marquaient bien la différence entre leur fonction administrative et leurs sentiments ; ils évitaient tout engagement intempestif dans les campagnes électorales.

 

Cette fois, il n'en est rien.

 

Gérard Chesneau assista ostensiblement au meeting de François Fillon et François d'Aubert le vendredi midi 15 février. Odile Nedjaaï milite activement à l'UMP où elle anime la section des fonctionnaires.

 

Chacun se souvient de la présence active de Jean-Jacques Delory, Odile Nedjaaï et Marc Lamarre autour de François d'Aubert, à la réunion de l'UMP au soir du 10 juin 2007, à l'auditorium, savourant le résultat du 1er tour des élections législatives, où d'Aubert était donné gagnant pour la semaine suivante. Il n'en fut rien.

  
undefined

  

undefined                   

undefined

 

 

undefined





Nos camarades de la CFDT ont récemment envoyé un questionnaire à chaque liste déclarée pour leur demander leurs projets en matière de politique du personnel municipal pour les 6 années à venir.

 

Et là, surprise !

 

La liste UMP de François d'Aubert intitulée "Agir ensemble pour Laval" a répondu par Mail le lundi 18 février à 20h 21 :

 

> -------------------------------------------
> From:
François d'Aubert[SMTP:FRANCOIS.DAUBERT@GMAIL.COM]
> Sent:
lundi 18 février 2008 20:21:01
> To:
Syndicat CFDT
> Subject:
questionnaire
> Auto forwarded by a Rule


> Bonsoir,

Vous trouverez ci-joint les réponses au questionnaire que vous nous aviez adressé il y a quelques temps.

Cordialement,

L'équipe d'Agir Ensemble pour Laval

 

  
undefined
Mais le document joint est une note de Jean-Jacques Delory répondant point par point au questionnaire de la CFDT avec les positions de la liste UMP. Plus exactement, il fournissait les éléments à d'Aubert, mais le secrétariat de celui-ci a commis une belle bavure qui pourrait être fatale à Jean-Jacques Delory. Au lieu de recopier son texte (mais le mieux aurait été que la liste réfléchisse à une politique du personnel et donne la position des candidats), il l'ont carrément transféré tel quel à la CFDT.

 

Résultat : si vous interrogez le candidat UMP d'Aubert, c'est le Directeur Général de la Mairie qui répond.

 

Ce fut d'ailleurs ainsi toutes ces dernières années dans les instances paritaires, où le maire n'a jamais été présent ; les élus étaient priés de se taire, certains prenant parfois la parole mais ayant droit alors à des "gros yeux"…

 

C'est clair : dans les 6 prochaines années, si d'Aubert est réélu, toute la politique du personnel sera définie par MM. Delory et Chesneau.

 

Cette participation à la campagne de d'Aubert du Directeur Général de la Mairie pose problème : quelle est sa neutralité, par exemple en matière d'évaluation du personnel ? est-ce bien son rôle ?

 

Sa prestation intellectuelle sera-t-elle facturée à la liste UMP, et ce coût sera-t-il intégré dans les comptes de campagne de M. d'Aubert comme le prévoit la loi ?

 

Sommes-nous revenus à l'époque des "candidatures officielles" du Second Empire, et des interventions de l'administration dans les campagnes électorales ?

 

Quelle peut être la crédibilité d'une administration dont des membres éminents interviennent directement dans le soutien à un candidat ?

Pourquoi M. Delory a-t-il accepté qu'un étudiant stagiaire (Alexandre 007) soit rémunéré comme un adjoint administratif à temp plein (ce qui n'arrive jamais) pendant 8 mois, celui-ci ayant passé tout son temps sur la préparation de la campagne électorale de M. d'Aubert ?

 

Autant de questions auxquelles nous sommes en droit d'avoir des réponses, car cette attitude met en cause le regard que peut porter la population de Laval sur nos services publics municipaux…

 

 

Repost 0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 18:53

Au service secret de sa majesté...

 

 Voici quelques jours, nous posions à d'Aubert la question : quelle est la fiche de poste d'Alexandre L., stagiaire de sciences-po à la mairie de Laval, mais aussi adjoint administratif de 2ème classe contractuel ?  

 

   Nous avons la réponse : en fait, c'est l'agent secret de sa majesté d'Aubert.

C'est Alexandre 007 la barbouze ! 

 

Voici les faits : dimanche 3 février 2008, Guillaume Garot présente officiellement sa liste pour les élections municipales aux représentants de la presse. Le rendez-vous, pour la photo, est fixé à 14 h 30 sur les pelouses du parc de la technopole. Les 45 colistiers s'y rassemblent donc. 

 

 

Mais voilà qu'un mystérieux 4 X 4 Toyota vert est garé à peu de distance. A l'intérieur, Alexandre L., lunettes ray ban noires et téléphone portable à la main, observe la scène et renseigne l'équipe d'Aubert sur la composition de la liste. Mais un promeneur constate ce curieux manège et comprend tout lorsqu'il aperçoit la liste Garot posant pour la photo. Et il reconnaît, à côté d'Alexandre 007, l'éventuelle future première adjointe de d'Aubert, Samia Soultani-Vigneron en "James Bond girl".

photo disponible en accès libre , avec beaucoup d'autres, sur le site

http://fr.tilllate.com/FR/photoalbum.php?id=3121943#59504112

 

Une vraie rigolade pour ce spectateur involontaire d'une série B ou d'un épisode des Pieds Nickelés ! 

Voilà donc les pratiques de campagne du candidat d'Aubert ! faire surveiller ses concurrents par un agent municipal !

 

Ceci explique pourquoi d'Aubert nous a offert à tous une paire de jumelles comme cadeau aux derniers voeux. Il comptait sans doute recruter et équiper 1500 agents secrets ! 

 Cela prouve, malheureusement, que d'Aubert est prêt à tout, et est peu regardant sur les méthodes. Voilà qui promet pour les prochaines semaines, où le système, acculé, joue sa survie... 

 

 

Repost 0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 18:04

 

Téléphone de la Mairie : allo ?  allo ?

Qu'est-ce qu'il y avait dans le tuyau ? 

 

L'épisode d'Alexandre 007 nous amène à rappeler une vieille affaire sur laquelle d'Aubert ne s'est jamais expliqué malgré de constants rappels du syndicat FO depuis 12 ans : le problème de la "capacité d'écoute" téléphonique de la mairie de Laval découvert fin 1995. 

 

Rappelons les faits :

 

Le mardi 12 décembre 1995, notre collègue Philippe Serre, alors directeur des Affaires générales, et représentant du personnel au CTP et à la CAP, était en train de téléphoner. Son interlocuteur raccroche, mais notre collègue, alors qu'il va faire de même, entend un déclic dans l'écouteur, puis 2 autres interlocuteurs qui se parlent. Il tente de les interrompre, mais ils ne l'entendent pas. Les 2 interlocuteurs raccrochent. Nouveau déclic, et il entend 2 autres interlocuteurs, etc...

 

 

Il en informe alors une vingtaine de collègues qui viennent constater. Il appelle un huissier, Me Auger, qui établit un constat.

 

Le "phénomène" durera 24 heures, et il faudra 3 heures d'intervention pour une équipe spécialisée d'Alcatel, qui avouera, par lettre du 26 janvier 1996 que "ce dyfonctionnement ne s'est jamais produit sur ce type d'installation", très élaborée et très vendue dans des administrations sensibles, dont des services de la défense nationale.

  

 

La Direction générale de l'époque en discutera à 2 reprises, dans ses réunions du 19 décembre 1995 et du 30 janvier 1996, sans apporter aucune explication.

 

FO saisit d'Aubert de cette affaire dès le 26 décembre 1995, et publie une tribune sur ce sujet dans le bulletin municipal interne "Services compris" n°29 de janvier 1996, mettant en garde le personnel municipal.

 

Notre collègue multipliera les demandes d'explications pendant 2 ans. Le 18 décembre 1996 à 14 heures 15, un certain Sébastien R., consultant télécom d'une société dite "Arcable" de Malakoff, rencontrera Philippe Serre, venant de la part de d'Aubert, mais ne fournira jamais aucune explication malgré ses promesses d'enquête.

 

Le code pénal punissait de 300 000 francs d'amende et d'un an d'emprisonnement l'auteur de tels faits.

 

Philippe Serre n'a qu'un regret : ne pas avoir saisi alors la justice pour connaître la vérité.

 

Repost 0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 11:56

Observatoire de la neutralité   

Comment d'Aubert fait campagne

aux frais du contribuable ! 

 

Le Vecteur Libre et Indépendant a lancé, le 31 décembre dernier, et pour une durée de 3 mois, l'Observatoire de la neutralité de la fonction publique territoriale de la Mairie de Laval. Voici, au terme d'une nouvelle enquête, comment d'Aubert utilise actuellement des moyens municipaux pour sa campagne électorale. Il s'agit aujourd'hui de moyens humains.

 Outre le Cabinet, mobilisé pour la campagne tout en étant rémunéré par les contribuables, outre le zèle manifesté par quelques redevables du système, à la Ville et à Laval-Agglo, 2 cas méritent l'attention :

 Alexandre L., officiellement stagiaire de Sciences-po, est en fait rémunéré sur le grade d'adjoint administratif par arrêté n° NTV 2007-456 du 9 août 2007, et ce du 1er septembre 2007 au 28 février 2008.

 Quel est son rôle ? de notre enquête, de plusieurs témoignages et confidences recueillies du côté de l'Hôtel de Ville, il est clair qu'Alexandre consacre tout son temps à la campagne électorale du maire. Il apparaît régulièrement dans la presse. Il ne s'agit pas là de militantisme, ce qui serait parfaitement honorable, car, en dehors de son temps de travail, un  agent municipal dispose des libertés politiques, sous la seul limite du respect de l'obligation de réserve. Mais sur son temps de travail, cela est strictement interdit par les lois de financement des campagnes électorales. Or, manifestement, c'est le cas d'Alexandre. Nous posons donc la question : quelle est sa fiche de poste ? Quels sont ses horaires ? M. d'Aubert doit s'expliquer.

 Le cas d'Hassan H. constitue une manoeuvre particulièrement pitoyable qui mérite d'être contée, même si nous gardons toute notre estime pour ce jeune collègue auquel M. d'Aubert s'intéresse actuellement.

 Voici l'affaire.

 L'UMP au niveau national donne des recommandations à ses candidats pour la composition de leur liste. 

   Hassan, ancien agent de Laval-Spectacles, intéresse d'Aubert qui souhaite le présenter sur sa liste aux élections municipales. 

 Hassan participe alors à la création d'une association "la voie des  citoyens". Elle regroupe des gens sincères, mais aussi quelques sous-marins de d'Aubert. 

No d'annonce : 832
Paru le : 08/12/2007

Association : LA VOIE DES CITOYENS.
Activité(s) : Action socio-culturelle / Action socio-culturelle
No de parution : 20070049
Département (Région) : Mayenne (Pays-de-la-Loire)

Lieu parution : Déclaration à la préfecture de la Mayenne.
Type d'annonce : ASSOCIATION/CREATION


Déclaration à la préfecture de la Mayenne. LA VOIE DES CITOYENS. Objet : favoriser l'intégration sociale et professionnelle des jeunes et moins jeunes ; développer la citoyenneté ; permettre aux jeunes de s'ouvrir à d'autres formes de supports artistiques (photographie, vidéo, danse, musique) ; informer les jeunes et moins jeunes dans le domaine social, droit et devoirs civiques ; sensibiliser les jeunes et moins jeunes à participer activement aux domaines sociaux, culturels, artistiques de notre ville et région. Siège social : 23, rue Soult, 53000 Laval. Courriel : a.elhej@neuf.fr. Date de la déclaration : 16 novembre 2007

  

 La manip'

 Par arrêté n°TV 2007-1109 du 6 novembre 2007, Hassan H. est radié des effectifs de la Ville de Laval. Par arrêté n° TV 2007-193 du même jour pris par M. le Président du CCAS (d'Aubert aussi), Hassan est alors nommé adjoint technique de 2ème classe au CCAS (sans déclaration de vacance de poste et appel à candidature), et plus précisément "au service des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes". Pas si âgées et pas si dépendantes que ça, semble-t-il, puisque nous retrouvons trace d'Hassan à la maison de quartier des Pommeraies où il tient des "permanences" pour les jeunes à la recherche d'un emploi ou d'une formation ! 

 

 

 

 

 

   

Vous cherchez un emploi, une formation, Hassan vous reçoit les mercredis matins de 9h à 12h à la maison de quartier des Pommeraies ou sur Rendez-Vous au 02.43.53.07.94

 

  Là encore nous posons la question à M. d'Aubert : quelle est la fiche de poste d'Hassan ?

 Et à Hassan, nous disons de ne pas trop avoir confiance dans les promesses de d'Aubert. S'il est battu aux municipales, il retournera vivre à temps plein dans les beaux quartiers de Paris, et ne consacrera pas même le temps d'un speed dating (7 minutes) pour venir en aide à ceux qui se sont mouillés pour lui... 

 

 Mais Hassan pourra compter sur ses collègues, car chez les communaux la solidarité n'est pas un vain mot.

Repost 0
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 10:59

 

L'administration républicaine de la Mairie de Laval

contre le Système d'Aubert !

  

Les services municipaux se retrouvent, bien malgré eux, au coeur des élections municipales. Ce n'est pourtant pas leur vocation, et la loi autant que la tradition républicaine exigent la parfaite neutralité de l'administration. La candidature officielle n'a plus cours depuis le II empire, même si, ces dernières années, certains préfets en Mayenne, n'ont pas osé contrarier beaucoup le politicien puissant que fut M. d'Aubert.

  

Nous appelons les fonctionnaires territoriaux à la plus grande vigilance dans la période actuelle, et sommes à leur disposition pour les soutenir si le Système leur demandait des actes non conformes à la légalité et à la déontologie.

 La plus stricte neutralité doit être respectée par l'administration municipale, et particulièrement  pendant la période électorale, même si chaque fonctionnaire conserve sa liberté d'opinion et le droit de militer en dehors de son temps de travail, en respectant l'obligation de réserve.

  

Aussi, en ce début d'année, à 2 mois du scrutin, il est indispensable d'enquêter sur la façon dont M. d'Aubert va mener sa campagne afin de prévenir tout dérapage qui mettrait en cause notre administration et notre éthique.

 

 Les méthodes peu orthodoxes

 du candidat d'Aubert

 

Depuis plusieurs mois, aux abois après son échec aux élections législatives du 17 juin 2007, d'Aubert est en campagne et il s'en donne les moyens, notamment humains.

Déjà, les "bureaux municipaux décentralisés dans les quartiers", jamais pratiqués en 12 ans et mis en place depuis octobre 2007, n'ont été que la première phase de sa campagne, avec les moyens officiels de la Ville. L'ambiguïté des textes le lui permettait, mais cela n'a trompé personne...

 

Officiellement en stage d'étudiant en sciences politiques, le gentil Alexandre a en fait été nommé adjoint administratif de 2ème classe, et est donc rémunéré par la ville, alors même que l'effectif légal du cabinet est atteint. Tous les stagiaires n'ont pas le même traitement...

L'article 10 du décret n° 87-1004 du 16 Décembre 1987 limite pourtant strictement les effectifs de collaborateurs de cabinet (3 pour Laval).

En fait, il suit le maire partout et à toute heure. Il contacte même, parfois de façon pressante, les services pour des interventions multiples.

Ainsi, récemment, il a voulu se mêler du recrutement des agents vacataires chargés du recensement de la population, suggérant de remplacer des personnes qui le font pourtant depuis plusieurs années par d'autres habitant (et donc votant) à Laval. Le directeur du service a courageusement résisté et a eu gain de cause.

 Depuis le 1er septembre, une ancienne permanente de l'UMP a également été recrutée au secrétariat des élus, alors même que, de l'avis de plusieurs de ses collègues, l'effectif y était suffisant.

 C'est donc tout un dispositif que d'Aubert met en place pour l'organisation de sa campagne électorale. Et la permanence ouverte fin décembre, rue des déportés, n'est qu'une vitrine.

 

 Pour gêner la découverte de ces recrutements, il a récemment tenté d'empêcher les représentants du personnel de consulter les registres des arrêtés de nomination. Mais la CADA (Commission nationale d'Accès aux Documents Administratifs) l'a sévèrement rappelé à l'ordre.

 Dans le passé, le Système a en effet eu des pratiques très contestables. Une collègue nous a fait parvenir voici quelques jours un document édifiant datant des élections municipales de 2001.

 6 mois avant les élections, en octobre 2000, d'Aubert avait bloqué la location de la salle polyvalente pour toute la semaine précédent le scrutin, afin que son concurrent, Guillaume Garot, ne puisse en disposer à sa guise pour prévoir un meeting. Voici ce document exclusif.

 Là encore, un directeur courageux avait tenté de rappeler au maire les principes et les textes légaux garantissant la liberté de réunion et l'égalité de traitement des candidats : mal lui en a pris. Quelques semaines après, la gestion des salles lui était enlevée et elle était confiée - c'est un comble !- à Laval-Spectacles, l'officine qui, discrètement à l'époque "faisait son trou" (de 50 000 euros, toujours inexpliqué).

 

 Pour la neutralité de notre administration

 face aux méthodes du Système

 

  OBSERVONS, PUBLIONS !

  

 Aussi, le Vecteur Libre et Indépendant met en place, pour les 2 prochains mois,

"l'Observatoire de la neutralité de l'administration territoriale de la Ville de Laval",

 

  qui publiera tous les faits constatés par lequel le Système tenterait d'utiliser les moyens publics pour sa propagande électorale.

 

N'hésitez pas à nous contacter. Vous êtes tous nos correspondants ! Et comme d'habitude, discrétion assurée.

Repost 0