Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog

Archives

1 septembre 2006 5 01 /09 /septembre /2006 20:27

Une enquête exclusive du Vecteur Libre et Indépendant

SCANDALE  à  LAVAL !

 Le Bulletin municipal "LAVAL INFOS" n°115 de septembre 2006 contient un article scandaleux.

 Nous ne faisons pas là allusion au portrait dithyrambique de M. d'Aubert en page 15, à l'occasion de sa remise de légion d'honneur par M. Raffarin (après tout, on n'est jamais mieux servi que par soi-même !).

 Certes, sa modestie a dû souffrir : entre les photos de la famille, des admirateurs et de Jean-Pierre Raffarin, le texte est digne de Ceaucescu : on le découvre "très attaché aux règles strictes de la gestion publique" (allusion sans doute au trou de la régie de Laval-spectacles…), en charge du "dossier mondial de l'énergie post-nucléaire", etc…

 Bref : "les lavallois ont de la chance"…

 Non, cet article nous fait marrer, il ne peut pas faire de mal à quiconque…

 En fait, le scandale se trouve page 21, dans un encart au milieu d'un article sur la Ière guerre mondiale. Il s'agit de la photo de "La Nouvelle Revue d'Histoire" (NRH) dont le journal à d'Aubert assure la promotion gratuite avec cette mention particulière : "Une revue d'histoire épatante, sans équivalent sur le marché actuel, car rédigée par des historiens lassés par les interprétations partiales de l'histoire… six numéros par an".

 En fait, si certains articles sont signés par de grands historiens à la réputation impeccable, qui dirige cette revue ?

 Le directeur de la publication est Dominique Venner, qui a dirigé dans les années 60 le journal et le mouvement d'extrême-droite "Europe-Action", créé en janvier 1963 avec Pierre Sidos, issus tous les deux de "Jeune Nation", et ce avec des membres de l'OAS et d'anciens collaborateurs comme Lucien Rebatet.

 Autres éminents membres importants de la NRH :

 Jean-Jacques Mourreau, fondateur du GRECE (mouvement d'extrême droite) et ancien directeur de la communication de Jean-Marie Le Pen.

 Philippe Conrad, également dirigeant du GRECE, est universitaire à Lyon III.

 Bernard Lugan, universitaire à Lyon III, la sulfureuse université mêlée régulièrement aux thèses révisionnistes et négationnistes, avec Bruno Gollnisch, n°2 du Front National.

 Au sujet de Lugan, Le Monde du 2 avril 1993 écrivait :

 "Spécialiste de l'Afrique, auteur de "l'Occident sans complexe", autrefois militant de l'Action Française et monarchiste convaincu, M. Lugan paraît, chaque Mardi Gras devant ses étudiants de première année, déguisé en "colon", coiffé d'un casque et muni d'un fouet".

 Il écrit régulièrement dans la presse d'extrême-droite : Minute, Présent, National-hebdo, Identités, etc…

 Bernard Lugan (qui a été membre du Parti Républicain, comme d'Aubert) tient une rubrique régulière sur "Radio Courtoisie" et écrit régulièrement dans "Le Libre journal de la France courtoise" (qui n'a de courtois que le nom !). Au sommaire du n°381 du 22 juin 2006, des articles intitulés : "de Gaulle raciste" ; "Voltaire, salaud, le peuple aura ta peau !" ; "Sursis pour le fils du roi nègre"…

 D'Aubert et Laval infos ne sont pas les seuls à vanter la "Nouvelle Revue d'Histoire" : sur "Blog-identitaire.com", un éditorialiste identitaire écrit : "Décidément, la simple existence de la Nouvelle Revue d'Histoire et sa qualité m'incitent à croire que l'avenir nous appartient" (voir).

 Pourquoi cette promotion de cette obscure revue dans le bulletin municipal de Laval ?

 En fait, ayant perdu un procès (17 mai 2006, Cour d'appel de Paris, 4ème Chambre), la revue doit débourser 45 000 euros, et sa survie est en jeu. Toute l'extrême droite se mobilise pour la sauver. 

Laval infos n'en est pas à son coup d'essai. Souvenez-vous la polémique déclenchée par des articles élogieux sur les "écrivains maudits" de la collaboration (n°55 et 56 de Laval infos, novembre et décembre 2000).

Souvenez-vous également des polémiques déclenchées en mars 1998 par le soutien de François d'Aubert à Charles Millon, alors président du Conseil Régional Rhône-Alpes, élu avec les voix du Front National.

D'Aubert avait retiré sa délégation d'adjoint au Maire à Roger Grandière qui s'en était publiquement offusqué (Ouest france 30 Mars 1998; courrier de la Mayenne 28 mai 1998)…

Souvenez-vous également de l'éloge du journal d'extrême-droite Minute n°2051 du 1er mai 2002  (page 7) sur le député François d'Aubert, et les réactions qui s'en étaient suivies. 

A quelques pages du reportage de sa remise de la légion d'honneur, M. d'Aubert aurait pu s'abstenir d'une telle publicité pour une revue aussi sulfureuse…




Partager cet article
Repost0
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 23:00

 

 La gestion d'Aubert est de nouveau sévèrement épinglée en cet été 2006. La population s'insurge contre le manque de toilettes publiques et la saleté de celles, "à l'ancienne", qui existent encore.

 L'été 2005 avait vu le désastre de la politique culturelle : la fermeture de la chapelle St-Julien et de son exposition pour cause de chute de pierres, puis l'invasion de morpions et de poux au musée du Vieux château, entraînant également sa fermeture et celle de la biennale.

 

Un dossier bien emm…

 En cet été 2006, c'est les toilettes publiques qui sont en cause, un équipement dont les lavallois et les touristes auraient bien besoin chaque jour, ce qui la fout mal pour une équipe municipale baptisée "Laval au quotidien". Après les poux et les morpions, les mouches…

 Ouest France a publié une enquête particulièrement "fouillée" dans son édition du 9 août, interrogeant des usagers désemparés, des commerçants "emmerdés", et décrivant des jardins publics transformés en petits coins improvisés :

 Les toilettes publiques place du Jet d'eau sont en dérangement depuis un mois. Difficile pour les femmes de trouver des petits coins, propres de surcroît.

 « Maman, j'ai envie de faire pipi », réclame le petit Nicolas âgé de trois ans à sa mère Magali. Elle est bien embêtée car au parking du Britais, derrière la rue du Général-De-Gaulle, les toilettes publiques sont fermées. En centre-ville, il s'avère difficile pour les femmes, les enfants, ou les personnes âgées de trouver des W-C ouverts, et propres.

 Jacky et Isabelle viennent de Fougères et se retrouvent eux aussi devant la porte close du Britais. « On préférerait à la limite qu'elles soient payantes plutôt que publiques et fermées. » Cela fait près de « trois semaines qu'elles sont en panne », précise un employé municipal. « On attend une pièce pour les réparer. »

 Derrière la place du Jet d'eau, la baraque verte qui abrite un W-C public est quant à elle barricadée depuis un mois, à la suite d'un incendie volontaire. « Ils étaient neufs, avec nettoyage automatique, et même un robinet pour se rafraîchir. Ces toilettes dépannaient bien », regrette Sylvie (1) qui déjeune dans le parc voisin.

 Ce n'est que depuis vendredi que la mairie a fait installer « des toilettes chimiques, en attendant l'expertise de l'assurance, et la réfection », précise Roland Houdiard, premier adjoint. Toutefois, jusqu'à lundi, le cabinet pour femme était encore fermé avec un cadenas.

 Pendant un mois, les femmes étaient bien embêtées. Les hommes eux ne se gênaient pas. Monique tient la sandwicherie « la Fringale », au square Foch, et a pâti de l'absence de toilette en centre-ville. « Les personnes âgées, et les parents qui accompagnent leurs enfants au manège viennent se plaindre. En plus, les gens font leurs besoins dans le parc derrière ma boutique, on y retrouve du papier toilette. »

 Propreté douteuse

 Bref recensement des autres « petits coins » lavallois. Hormis une seule toilette payante à la médiapôle, on trouve principalement des urinoirs, à l'hygiène plus que douteuse. Pour Isabelle, qui court régulièrement le long de la Mayenne, « il est difficile de faire une pause en centre-ville si besoin est ». Quai Paul-Boudet, se situent des urinoirs en fer forgé, négligés. Sur l'autre rive, quai d'Avesnières, des toilettes turques à l'arrière de l'écluse, sont aussi à la disposition du public. La propreté n'est pas au rendez-vous.

 Du coup, il ne reste qu'à se rabattre sur les toilettes du square de Boston. « Ce lieu est complètement abject », confient les boulistes, une trentaine à jouer tous les jours de 14 h à 19 h. « On voit régulièrement les touristes rebrousser chemin face à l'état de ces toilettes publiques. L'an passé, on les a montrées au maire. Un projet de réaménagement du square serait à l'étude, on espère que les toilettes en font partie. »

 La situation est similaire près du tribunal, place Saint-Tugal, où une guérite abrite une toilette turque. Des mouches, une odeur pestilentielle qui présage d'une absence prolongée de nettoyage. Question hygiène, le passage d'un employé municipal est prévu quotidiennement. Mais dans certains petits endroits, c'est plus qu'un nettoyage qu'il faudrait.

 Le responsable du patrimoine voulait récemment changer le nom du "Vieux Laval" : nous lui suggérons "Clochemerle", car, à Laval, le roman de Gabriel Chevallier est en train de compléter l'œuvre du père Ubu.

 Pas à l'aise…

 La lecture de cet article a fait trembler l'entourage de d'Aubert, heureusement en vacances, et a transformé quelque peu son cabinet politique en cabinet d'aisance.

 Tous sans-papiers ! 

 Bien évidemment, non seulement les toilettes restantes sont peu reluisantes, mais inutile d'y chercher du papier… C'est un luxe que la ville ne peut offrir.

 Faut pas pousser !!!

 Les lavallois se souviennent que les toilettes publiques municipales, installées à l'époque sous la gare des TUL, étaient ouvertes 7 jours sur 7, gardées et nettoyées en permanence par une employée municipale (il y avait même une pancarte "pourboire interdit"). A leur départ en retraites, les postes des "dames pipi" ont été supprimés, et les toilettes publiques ont été remplacées par de l'automatique. Voilà des économies bien peu avisées, qui démentent le dicton que "l'argent n'a pas d'odeur". Même en ces lieux, un peu de présence humaine est pourtant bien appréciée… Il s'agit là d'un service public de base qu'une municipalité a le devoir de maintenir : c'est le moindre des respects pour les administrés.

 L'explication ?

 En fait, Laval se veut la capitale mondiale de la "réalité virtuelle" : pour les toilettes publiques, c'est une réussite…   

Partager cet article
Repost0
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 00:18

Le revers de la médaille

L'invitation pour la remise de la breloque....

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand un dirigeant est honoré, c'est bien souvent toute son équipe, toute son entreprise, toute sa collectivité qui se sent aussi à l'honneur.  

Ce ne sera pas le cas pour une légion de fonctionnaires de la Mairie de Laval, le 29 juin 2006, lorsque M. Raffarin remettra à M. d'Aubert, les insignes de chevalier dans l'ordre de la légion d'honneur. 

Pas honorés, les agents de la "France d'en bas" qui subissent le système ! 

Pas honorés, les agents mis en surnombre en 1998, et réintégrés par la justice 8 mois plus tard ! 

Pas honorée l'agent municipale, révoquée pour "abandon de poste", qui vient de faire condamner d'Aubert par le tribunal administratif de Nantes, et a obtenu sa réintégration dans les services municipaux. Ce cas révèle les conceptions humanistes de M. d'Aubert, dont les arguments pitoyables (cf son mémoire en défense), n'ont pas convaincu les juges qui ont validé la défense de l'agent… 

Lisez les arguments échangés (voir le dossier complet), et le jugement du Tribunal administratif de Nantes

Et laissez MM Raffarin et d'Aubert, tous ceux de la "France d'en haut", déguster les petits fours avec la satisfaction du devoir accompli… 

Et imaginons le discours plein de "raffarinades" 

"Notre route est droite, mais la pente est forte… Les jeunes sont destinés à devenir des adultes… L'avenir est une suite de quotidiens…Je vous recommande la positive attitude… Tant que le navire n'a pas heurté l'iceberg, la croisière continue"…

Partager cet article
Repost0
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 10:18

 

 

Un fonctionnaire bien relax ?

Un fonctionnaire qui n'a pas l'air d'avoir trop d'obligations, c'est bien François d'Aubert !

Qu'on en juge !

Il a été nommé le 23 novembre 2005 "Haut représentant pour la réalisation en France du projet international de réacteur expérimental thermonucléaire dit projet ITER" avec rang d'Ambassadeur (décret n°2005-1438 du 21/11/05, avec publication au Journal Officiel le 22 novembre 2005).

 Le 9 juin 2006, le Premier Ministre, Dominique de Villepin visitait le site du projet ITER à Cadarache.

On aurait pu penser que l'ambassadeur ITER aurait été là pour cette importante visite de son patron. 

 Et bien, pas du tout. A la même heure, il était au repas de l'ORPAL, au bois de l'Huisserie, serrant la louche aux 1100 personnes âgées de Laval. Curieux, non ? mais pas surprenant à un an des élections !  

Nous comprenons mieux maintenant ce que d'Aubert voulait dire lorsqu'il déclarait au Courrier de la Mayenne, le 4 janvier 2006 :

"Question : vos nouvelles fonctions vont-elles vous éloigner de Laval ?

- réponse : Je reste à plein temps sur Laval. A la limite, mon ambassade se trouve à la mairie de Laval".

 

  Comme dirait M. Arthuis, il y a trop de fonctionnaires ??? Mais ceux dont les postes seront supprimés en 2007 ne sont pas forcément les plus inutiles ?

 A ce propos, les amis de M. d'Aubert aiment dénoncer les "privilèges" de la fonction publique. Mais ils visent surtout le facteur, l'instit ou l'éboueur...

 Que dire, en effet, de la carrière bien rapide, et de la création de poste bien à temps dont a bénéficié M. d'Aubert en 2005 ?

 Dans son ancienne carrière de fonctionnaire (Cour des Comptes), M. d'Aubert a bénéficié en cet été 2005 de 2 promotions en quelques semaines : d'auditeur de 1ère classe en conseiller référendaire de 2ème classe par décret du 3 août 2005 (JO du 5 août 2005), puis de conseiller référendaire de 2ème classe en 1ère classe par décret du 14 septembre 2005 (JO du 15 septembre 2005) !

 Bien que cela n'ait rien à voir, bien évidemment, M. d'Aubert avait cessé d'être ministre au 1er juin 2005. La République rémunère les ministres encore 6 mois après leur départ et M. d'Aubert arrivait donc en fin de droits au 1er décembre 2005. Le Plan Borloo a produit ses premiers effets. La cellule de reclassement de l'Elysée a parfaitement fonctionné. Le lundi 21 novembre 2005, était créée une nouvelle fonction : " Haut représentant pour la réalisation en France du projet international de réacteur expérimental thermonucléaire dit projet ITER" avec rang d'Ambassadeur (décret n°2005-1438 du 21/11/05, avec publication au Journal Officiel le 22 novembre 2005).

 

 

 

 

 

 

Dès le mercredi 23 novembre 2005, François d'Aubert (dont le sens de la diplomatie est bien connu) était nommé sur ce poste en conseil des ministres :

 "Sur proposition du ministre des affaires étrangères :

 - M. François d'AUBERT, conseiller référendaire de 1ère classe à la Cour des comptes, est nommé ambassadeur, haut représentant pour la réalisation en France du projet ITER". 

 C'est quand même mieux que le contrat senior et précaire que veut mettre en place le gouvernement !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 18:27

Bienvenue à MORGANE ! 

Le bulletin interne "Laval Municipaux" va-t-il reparaître ?

Tout le monde regrettait sa disparition car, depuis 4 ans, il s'était affirmé comme un excellent moyen de communication, dont il faut souligner la qualité des reportages, l'esprit convivial, et une réelle indépendance malgré les nombreuses censures décidées par le Directeur général sur la page syndicale.

Depuis le départ de Catherine Delage, ce journal avait disparu. Va-t-il renaître ?

Le Vecteur Libre et Indépendant, toujours à la pointe de l'information, vous présente la nouvelle chargée de la communication interne : Morgane-Hélène Le Goff.  

Agée de 27 ans, Morgane a fait ses études à l'Immaculée Conception de Laval, puis une maîtrise d'histoire à la Catho d'Angers, et enfin Sciences po' à Toulouse.

Cette sympathique jeune fille n'est d'ailleurs pas une inconnue pour les dirigeants de notre collectivité. Elle est, en effet, la responsable départementale des jeunes de l'UMP, et une grande admiratrice et fidèle de Nicolas SARKOZY.

 

 

  Elle avait adhéré à Démocratie Libérale, le parti d'Alain Madelin et François d'Aubert dès 2002. En mars 2005, elle est donc devenue responsable des "jeunes Populaires" en Mayenne.

Morgane-Hélène est avant tout une voyageuse. Elle pourrait chanter "je suis née dans une caravane…".

En effet, à l'été 2005, elle animait la tournée des plages des jeunes de l'UMP, de Dieppe à La baule, pour tenter de recruter des adhérents pour soutenir Nicolas SARKOZY. Partie de Paris-Plage le 25 juillet, elle a fait toute la côte…  

Elle nous raconte son beau voyage : "On portait le tee-shirt des jeunes populaires. Le matin, on faisait les marchés, les rues commerçantes ; on donnait des tracts, des livrets de jeu, des mots croisés… L'après-midi, on allait sur les plages, on proposait nos frisbees avec le slogan "c'est l'été, devenez populaires"… Le but, ce n'était pas de gâcher les vacances des gens… Dans le Nord, on nous a parlé plus de l'emploi, du chômage… mais aussi des chômeurs qui ont des aides et qui refusent un travail proposé ; ce n'est pas normal. Dans l'Ouest, on nous a plus parlé de la hausse de l'essence. Et des radars. Notre réponse, c'est plutôt de dire : si vous aviez fait preuve de civisme, vous n'auriez pas été sanctionné".

Voir le reportage complet...

Et elle affirme haut et fort : "Le militantisme politique, c'est tout le temps, pas seulement quand il y a des échéances électorales".

Nous comprenons maintenant ce que voulait dire un proche de François d'Aubert, voici quelques semaines, lorsqu'il déclarait : "Nous allons reprendre sérieusement en main la communication interne".

Pour prendre connaissance du reportage complet, consulter le site des "Jeunes Populaires".  

Nous avions déjà connu la sympathique Béatrice, la communicante des années 99, elle aussi grande adepte du libéralisme (voir nos archives). A l'époque Le Vecteur Libre et Indépendant avait retracé son passage dans nos services : séquence nostalgie...

Partager cet article
Repost0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 16:17

EXCLUSIF LE CRI D'ARTHUIS !

Jean Arthuis s'est laché, aujourd'hui 1er juin 2006, dans un long entretien accordé au quotidien " Aujourdhui en france" :

A lire : "Arthuis : "Il faudrait licencier des fonctionnaires"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 10:59

Votre feuille d'impôts : méfiance si vous travaillez à la Mairie de Laval

La feuille d'impôt pré-remplie est destinée à "simplifier la vie du contribuable" (et à rapporter un peu plus à l'État, ce dont on ne se plaindra pas).

Pour le ministre délégué au Budget Jean-François Copé, la déclaration pré-remplie de revenus est un "élément majeur de la modernisation de l'administration".

Mais pour son fugace prédécesseur au ministère du budget en 1995, François d'Aubert, ce doit être trop moderne (bien qu'il fut aussi ministre de la recherche, et qu'il soit aujourd'hui " ambassadeur, haut représentant pour la réalisation en France du projet ITER " .

En effet, il semble bien que la quasi-totalité des feuilles d'impôt "pré-remplies"des agents de la mairie de Laval soient entachées d'erreurs, ou ne comporte pas de revenus.

Un grand ponte des services techniques a un revenu déclaré de 585 € !!! 

 

Beaucoup ont reçu une feuille pré-remplie non remplie pour la partie revenus !

Le standard de FO est submergé d'appels d'employés municipaux inquiets.

Que s'est-il passé ?

Le trésor public précise qu'une fois de plus il ne peut être tenu responsable de telles erreurs concentrées sur les employés municipaux de la Ville de Laval !

M. d'Aubert doit s'expliquer ! Pourquoi pas une autre "mission d'information" ? 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 20:18

 

Incompréhensible et inacceptable!
 
Pour Force Ouvrière, l’intervention du Président de la République est incompréhensible et inacceptable.

 Comment comprendre que le Président en appelle au respect du Parlement pour justifier le choix de la promulgation alors que dans le même temps il le contraint à la discussion d’une deuxième loi?

 L’annonce d’une nouvelle loi ne fait que confirmer les affirmations du Premier ministre repoussées par les organisations syndicales.

 En décidant de promulguer la loi d’application directe, il maintient le CPE rejeté massivement par les jeunes et les salariés.

 Pour Force Ouvrière qui, avec les autres organisations, demandait l’intervention du Président de la République pour une deuxième lecture, permettant de retirer le CPE, ce passage en force est inacceptable.

 Le Premier ministre ayant refusé, depuis le début, le dialogue social, élément essentiel de la démocratie, les déclarations du Président de la République n’apparaissent pas de nature à le rétablir.

 Dans ces conditions, Force Ouvrière réitère son appel à la grève, arrêts de travail et manifestations, le 4 avril prochain.

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2006 3 15 /03 /mars /2006 00:00

Nouveau : Le sponsoring du service public !!!

 Pour palier aux graves difficultés budgétaires de la Ville de Laval, Monsieur d'Aubert vient de découvrir qu'il peut faire sponsoriser les véhicules municipaux par des sociétés privées.

 Ainsi, le nouveau véhicule assurant le portage des repas aux personnes âgées est sponsorisé par « Buffalo Grill », « Leroy Merlin », « Leclerc » ou encore « La Blanchisserie Nouvelle » etc...Seul un minuscule logo permet d'identifier l'appartenance de ce véhicule au service public municipal de portage des repas. 

 

 

 Seul le toit du véhicule est resté vierge !

 Il est très regrettable que les services publics d'une administration se fassent le vecteur de publicités commerciales, cette initiative pose question :

  •  Est-ce bien compatible avec la déontologie du service public ?
  •  Est-ce bien compatible avec la nécessaire neutralité du service public ?
  •  Est-ce bien prudent ?
  •  Participez massivement à notre grand jeu !

    Et si nous faisions sponsoriser les voitures banalisées de fonction des membres de la Direction Générale (ce sont les seules qui curieusement n'ont même pas le logo de la Ville de Laval...) compte tenu qu'ils l'utilisent en dehors du temps du travail pour partir en vacances ?  

 

Ce serait bien moins choquant et allégerait d'autant la dépense publique municipale !

 Chiche ! Imaginez un message publicitaire pour ces messieurs dame, n'hésitez pas à nous faire connaître vos suggestions en ajoutant votre commentaire à cet article (Clic sur Ajouter un commentaire au bas de l'article, l'anonymat est garanti)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 00:00

Avec les organisations syndicales

 CFDT, CGT, CGT-FO,CFTC, CFE-CGC, UNSA, FSU, SOLIDAIRES

et les Mouvements étudiants et lycéens

EXIGEONS LE RETRAIT DU CPE

MARDI 7 MARS 2006

 

RASSEMBLEMENT

 

Place du Jet d’eau à LAVAL

 

à 15 heures

 Ce n’est pas le contrat de travail qui crée l’emploi, c’est la croissance

Ignorant la mobilisation du 7 février, méprisant les organisations syndicales - les étudiants - les lycéens, refusant le débat - la négociation, le gouvernement a décidé de passer en force le projet de loi relatif au Contrat Première Embauche en utilisant le 49.3.

Ainsi, pour favoriser l'emploi des jeunes, le gouvernement a choisi de limiter l’engagement des entreprises. Après le Contrat Nouvelle Embauche, le CPE annonce la fragilisation du contrat de travail de tous les salariés.

 C’EST UNE MESURE INACCEPTABLE

ENSEMBLE EXIGEONS LE RETRAIT DU CPE

 PARCOURS DE LA MANIFESTATION : 

Place du Jet d’eau, Quai Fouquet, Quai Goupil, Quai d’Avesnières, Pont d’Avesnières, Boulevard F.Lebasser (ANPE, ASSEDIC), retour par le Boulevard Francis Le Basser, (blocage du carrefour avec le Boulevard Montmorency), Rue Victor Boissel, Rue de Paradis, Rue de la Paix, Quai B. de Gavre, Pont de l’Europe, dislocation square de Boston. 

 

POURQUOI S’OPPOSER AU CPE ?

 1. Le CPE institutionnalise la précarité des jeunes face à l’emploi et la fragilisation du contrat de travail de tous les salariés

  •  Une période d'essai de deux ans, durant laquelle le jeune salarié peut être licencié à tout moment et sans motif le licenciement
  •  Plus question avant 26 ans de décrocher un CDI, un emploi stable, ce contrat précaire sera le passage obligé pour tous les jeunes ! C'est la garantie d'un avenir incertain.
  •  Le risque à terme est la disparition du CDI au profit du contrat unique type CPE ou CNE

  2. Le CPE, un nouveau contrat discriminant.

 

  • Ce nouveau contrat constitue une discrimination forte à l’égard de la jeunesse. C'est un contrat qui met les salariés en concurrence en fonction de leur âge sans régler le problème du chômage.
  • C'est une logique aberrante, quand on sait la diversité des situations et des parcours de formation que connaissent les jeunes de moins de 26 ans.

 3. Avec le CPE un avenir incertain garanti

Précarité, discrimination induisent d'autres difficultés:

  •  Quel bailleur acceptera de louer un appartement avec un tel contrat ?
  •  Quel banquier accordera un prêt à un jeune en CPE?
  •  Comment faire des projets?
  •  Comment envisager pour une femme d’avoir des enfants pendant son CPE ?
  •  Comment regarder sereinement l’avenir quand l'employeur peut licencier sans motif et à tout mo

 Contre le Contrat Première Embauche à l’appel de l’intersyndicale.

SOYONS NOMBREUX A LA MANIFESTATION DU 7 MARS 

Partager cet article
Repost0