Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog

Archives

22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 13:30

Après la décision de privatiser le stationnement à Laval,

vous trouverez, ci-dessous, une virulente réaction d'une éminente personnalité locale. 


Voici ce qu'écrit Guillaume Garot à propos de la privatisation du detectives020stationnement à Laval : 


homme-gif-044"Stationnement : les Lavallois risquent de payer le prix fort. 


Chacun peut se rendre compte de la difficulté de circuler en voiture, à certaines périodes de la journée et certains jours, et de stationner en centre-ville. C’est le lot de beaucoup de villes et la nôtre n’échappe malheureusement pas à la règle. 


Vu l’état des finances de notre ville, la majorité municipale a décidé de confier la réalisation et la gestion du futur parking de la gare et l’exploitation du stationnement dans le centre ville à un opérateur privé, dans le cadre d’une délégation de service public. 


Cet opérateur extérieur tirera donc bénéfice du stationnement payé et financera les investissements et l’entretien du parc de stationnement. Mais, si ce mode de gestion offre en effet certains avantages, il n’est pas pour autant la garantie d’un service de qualité, à prix raisonnables pour les usagers. L’exemple de l’Aquabulle, qui accumule les ratages successifs, nous l’a récemment montré… 


Où est l’intérêt des Lavallois dans cette décision municipale ? Ils risquent bien de payer le prix fort, sans amélioration véritable de la qualité du service rendu. Ainsi n’avons-nous reçu aucune assurance sur le maintien de la demi-heure de stationnement gratuit. 


En outre, François d’Aubert et sa majorité mettent la charrue avant les bœufs : 029la question du stationnement ne doit pas être traitée isolément, dans le court terme, mais dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme et dans une perspective de long terme. Comment nous déplacerons-nous dans notre ville à horizon de 15 ans ? C’est à cette question qu’il faut répondre, pour rendre plus fluides les déplacements automobiles, moderniser nos transports en commun, en expérimentant par exemple un système de navettes les jours de forte activité commerciale…Cela demande du courage, du dialogue et de la concertation, mais c’est le temps nécessaire pour réussir, avec l’ensemble des Lavallois.


lavalinfo83juin2003

 

 

 

 

 

Guillaume Garot s'est exprimé en ces termes, au travers de la tribune réservée à l'opposition municipale, en page 14 du journal municipal "Laval Infos", numéro 83, publié en juin ....2003....

 

 

lavalinfo83juin2003p14


Conclusion : 

 

hommes055Nous découvrons à cette occasion que Guillaume Garot, sous couvert de l'apparence bonhomme d'une personnalité politique locale cohérente, sympathique, fidèle à ses principes et à ses convictions, est un personnage bien plus complexe et déroutant qu'il n'y paraît. En réalité, il y a bien deux Garot, à l'instar du docteur Jekyll et de M. Hyde : le Garot ardent défenseur du service public et pourfendeur de la privatisation du stationnement à Laval et le Garot qui met en œuvre cette même privatisation….

Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 23:08

Le CAC 25 s'engage sur la voie de la privatisation du service public municipal du stationnement.


Lundi 17 mai 2010, à 19 heures, le conseil municipal de Laval a débuté sa séance en abordant le dossier de la privatisation du stationnement.


Le public était venu fort nombreux pour assister au débat portant sur cette question.


Pas de surprise : Guillaume Garot a repris les arguments fallacieux déjà présentés à la presse pour justifier une telle démarche.


"La délégation de service public n'est pas une privatisation", a-t-il dit, "elle est utilisée pour le transport urbain et personne n'y trouve rien à redire". La ville entend privilégier d'autres investissements dans le secteur de la solidarité (écoles, crèches…). Les opérateurs privés ont les compétences et la technicité nécessaire pour améliorer le service rendu. En creux, il faut bien évidemment comprendre que les services municipaux sont dépourvus de technicité et de compétence pour gérer ce dossier… Il a avoué que le problème était essentiellement financier, en indiquant que la remise à niveau du matériel et des installations permettant de gérer le stationnement, exigeait un investissement de l'ordre du million d'euros.


Notons sur ce point précis, qu'en procédant de la sorte, Guillaume Garot externalise une dépense qui, au final, reviendra plus chère aux usagers, puisque le délégataire prendra son bénéfice, rémunérera ses actionnaires et ses administrateurs. En réalité, Guillaume Garot utilisera le futur délégataire comme un banquier prêteur. C'est strictement la même méthode qu'utilisa en son temps M. d'Aubert en externalisant les investissements de la Ville via la SACOLA, avec le succès que l'on connaît… La Chambre Régionale des Comptes, et, il y a peu, MM Garot et Boyer n'avaient pas de mots assez durs pour condamner ces pratiques…


Guillaume Garot a précisé sa conception du périmètre des services publics qui seraient épargnés par la privatisation : l'eau, l'assainissement, la petite enfance, la jeunesse, la restauration scolaire, les maisons de retraite, "parce que cela fonctionne"….


De nombreux services peuvent être inquiets : l'éclairage public, la voirie, les bâtiments, les espaces verts, l'atelier de mécanique, des secteurs techniques, là où la municipalité ne met manifestement pas les moyens de bien fonctionner en les dotant notamment d'outils, de matériels et de véhicules indispensables à leur travail.


C'est la confirmation de la stratégie de l'asphyxie, qui conduit inéluctablement au transfert vers le privé. Guillaume Garot a décidément mieux à faire que d'investir dans ces services là…


M. Boyer a pris la parole pour enfumer son auditoire avec de complexes graphiques, camemberts et histogrammes dont il est si friand. Cependant, il n'a pas réussi à expliquer correctement certains paradoxes, tel que celui de la possible baisse des tarifs alors même qu'il expliquait que l'objectif était bien d'équilibrer la délégation sans subvention d'équilibre.


L'opposition a dit sa surprise de voir la gauche s'engager dans une privatisation. Elle a rappelé que l'actuelle majorité municipale, lorsqu'elle était dans l'opposition, sous le mandat de M. d'Aubert, avait condamné le principe d'une privatisation du stationnement. Elle avait alors été entendue : la municipalité de l'époque n'avait pas donné suite au projet compte tenu du peu d'intérêt qu'il présentait.

 

Le groupe communiste a pris une position courageuse, en refusant la perspective de services transférés au privé. Il a proposé, pour résoudre la question financière, de recourir au moyen d'une forme de location-vente pour les horodateurs, de façon à conserver la maîtrise totale de la gestion du stationnement.


Le groupe des verts a laborieusement expliqué son abstention par son attachement à la gestion municipale des services publics. Son porte parole, M. Gourvil, avait pourtant approuvé le principe de la privatisation lors de la consultation de la Commission Consultative des Services Publics Locaux, soutien qu'il a réitéré lors du dernier Comité Technique Paritaire.

  

Le résultat du vote est le suivant :


Abstentions : 6 voix

Contre : 14 voix

Pour : 25 voix.


Ce résultat traduit une fracture profonde au sein de la majorité municipale "de gauche", entre ceux qui conservent encore quelques repères et le CAC 25  désormais conquis par les mirages du libéralisme. A ceux là, nous disons : ouvrez les yeux, lisez le journal, regardez la télévision. La période que nous connaissons illustre bien les méfaits du libéralisme et ses conséquences aujourd'hui sur des peuples entiers : Grèce, Espagne, Portugal…


Le combat continue ! Le conseil municipal sera amené à se réunir à plusieurs reprises avant le choix du délégataire. De nouvelles mobilisations sont à prévoir.

agent secret016

 

 

 

A ce propos, de nombreux observateurs attentifs ont relevé la présence au conseil municipal d'un messager du groupe Vinci, chargé de transmettre la bonne nouvelle à son patron, à l'issue du vote.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 20:52

  De nombreuses voix s'élèvent

contre la privatisation du stationnement !

 

 

jeux-classique-casino-6jouetLes réactions sont chaque jour plus nombreuses contre le projet de Guillaume Garot de privatiser le stationnement à Laval.

 

Tous les représentants du personnel municipal ont voté contre lors de la réunion du CTP du 29 avril 2010.

 

L'intersyndicale FO - CGT appelle les agents municipaux et les usagers du stationnement (particulièrement les salariés !) à assister nombreux au Conseil municipal du lundi 17 mai 2010 à partir de 19 heures (ce dossier passe en début de séance).

 

  foule002

 

  Lisez le tract de l'intersyndicale FO - CGT

 

 

 

 

 

contagionUn risque de contagion !

 

En matière de privatisation, c'est le premier pas qui coûte. Lors du CTP, le premier adjoint de Guillaume Garot a déclaré : "Cette délégation de service public n'en appelle peut-être pas d'autre…" ! C'est clair ! et pas rassurant…

N'oublions pas que presque toutes les activités municipales peuvent être transférées au privé (que ce soit à des sociétés capitalistes ou... à des associations, notamment dans les secteurs sociaux, de l'animation…) !

 

Les marchés s'intéressent aux activités publiques rentables...

un drole de paroissien

Ce sont de drôles de paroissiens !


  Au sein de la majorité de gauche, des élus marquent leurs réticences, leur opposition, etreflexe Guillaume Garot doit faire feu de tous bois pour imposer une discipline de vote sur ce projet très controversé. Une réunion récente du "G 45" (les élus et candidats de la liste garot) a été houleuse.

 

Un florilège d'argumentaires tirés par les cheveux...

 

hommesparlePour faire passer la pilule, et tenter par là-même de sauver le soldat Boyer, très impliqué et très en pointe dans ce dossier, Guillaume Garot semble en faire un combat essentiel, presqu'une affaire personnelle.

Pour essayer de convaincre, il multiplie les argumentaires, selon les interlocuteurs :

 

- la privatisation pourrait finalement se faire au profit d'une Société d'Economie Mixte, comme à Angers, ou en faisant appel à celle d'Angers (?!), ce qui est manifestement un leurre alors qu'une multinationale du CAC 40 est en train de se préparer (un de ses cadres recherche déjà une maison en Mayenne). Une mise en concurrence est obligatoire : il est aisé de deviner qui sera le plus mariole...

 

- Selon lui, se diviser sur ce projet ferait le "jeu de la droite" ! Il aurait pu y penser avant ! Mais chez certains élus, les convictions l'emporteront sur l'appel à une "pseudo-discipline".

 

- Selon lui, il n'y a rien de choquant pour des élus de gauche de mettre en application, avec zèle, une idée de la droite, dont les représentants locaux, paradoxalement, n'ont rien privatisé à Laval en 13 ans...

 

- "Les TUL sont exploités par une société privée, pour le stationnement ce serait bus007pareil" : avec un tel raisonnement, tous les services municipaux pourraient y passer ! En fait, les Transports Urbains Lavallois ont toujours été concédés au privé, et l'on n'imagine quand même pas une collectivité acheter subitement 40 bus et embaucher 60 chauffeurs ! Ce n'est en rien comparable !

 

- voiture010Selon lui, "il n'est pas normal que le contribuable paye pour l'usager" ! Pourquoi pas ? c'est un choix politique, mais rien n'empêche de le faire dans le cadre du service public !

 

- Selon lui, "il n'est pas normal que le contribuable lavallois paye pour l'usager qui habite à l'extérieur" ! Pourquoi pas ? c'est un choix politique, mais c'est vrai aussi pour l'usure du revêtement de la chaussée.

Guillaume Garot va-t-il installer des péages aux voiture059entrées de Laval pour faire payer les "migrants" ?

 

- La Ville resterait "maître des tarifs" : eh oui ! comme dans tous les contrats de ce type. Mais une société du CAC 40 n'est pas une oeuvre philanthropique. Il y a obligation légale à assurer l'équilibre financier d'un contrat public passé avec une société privée ou mixte, et si les tarifs ne permettent pas d'y parvenir, la collectivité doit verser une subvention d'équilibre en fin d'exercice. Par exemple, pour les TUL, le Conseil d'Agglomération fixe des tarifs à caractère social, mais verse une subvention d'équilibre de 3,5 millions d'euros par an à la société Keolis, et "c'est le principal poste budgétaire de Laval Agglo" (Ouest France du 11 mai 2010). Et là c'est bien le contribuable qui vient financer l'usager. Pour le stationnement, où est donc l'intérêt deargent 83 privatiser ?

De même, mais cela Guillaume Garot n'en parle pas, chaque fois qu'une association locale, ou une cérémonie patriotique utilisera une place publique équipée d'horodateurs, pour y organiser une manifestation en semaine, la Ville devra indemniser la société privée pour perte d'exploitation. La mairie ne sera même plus "maître" chez elle !

 

- Enfin, Guillaume Garot insiste sur le fait qu'un seul fonctionnaire est "impacté" (c'est le terme qu'il utilise, une expression pleine de respect !) : en fait, plusieurs temps partiels sont aussi concernés. Et M. Garot n'a pas encore été en mesure de proposer un reclassement ! Quand on sait que l'agent concerné vient de France Telecom, on se dit qu'il y a des gens qui n'ont vraiment pas de chance avec le libéralisme ! Mais peut-être existe-t-il une solution qui a déjà fait ses preuves...

 

nonnonD'ores et déjà, les élus communistes refusent de voter la privatisation des parkings, estimant que Guillaume Garot franchit une étape inacceptable pour une équipe de gauche. Difficile, en effet, de combattre le libéralisme dans le monde, en Europe, en Grèce, en France, et de voter une privatisation d'un service public à Laval.toilettes

 

Des élus socialistes et de la société civile expriment leur désaccord. De là  à voter contre ?

 

Un observateur attentif de la gauche locale prévoit un embouteillage important à la porte des toilettes au moment du vote.

 

cornesLes Verts sont particulièrement gênés : ils avaient promis, noir sur blanc, de refuser la privatisation du stationnement, mais la position personnelle et imprudente de Claude Gourvil, adjoint au maire, les oblige à serrer les rangs. Toutefois, certaines fortes personnalités, très attachées à leurs principes politiques, neécolofleurs voteront pas ce projet.

 

 

Le Parti de Gauche (PG) combat avec la plus grande détermination le projet de Guillaume Garot de confier au privé les parkings lavallois. Il a lancé une grande pétition. Voici sa lettre ouverte.

 

Le Parti Ouvrier Indépendant (POI) a pris position contre ce projet et a diffusé un tract à la population.

 

Des associations se manifestent. Les consommateurs de l'AFOC se sont opposés au projet. Les Amis du Vieux Laval ont dénoncé, dans Ouest France du 5 mai, la solution privée voulue par Guillaume Garot.

 

La résistance s'organise contre le projet de transformer les horodateurs en tire-lirbandits005 anciene pour une société du CAC 40.

 

bourse 

 

La séance du conseil municipal de Laval du lundi 17 mai 2010 sera historique : ce sera la première privatisation d'un service municipal à Laval !

hommes lunettes


 

homme-gif-044Au fait, combien de conseillers municipaux seront-ils à voter le projet d e Guillaume Garot ?

 

 

Dès que nous le saurons, ils auront droit à leur nouveau surnom : ils ne seront plus le "G 45", mais le CAC 23 ? le CAC 27 ?parapluie

 

 

 

bourse cac40

Partager cet article
Repost0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 20:28

ARGENT PUBLIC = ACTION PUBLIQUE !

 

 

tirelire 04La privatisation du stationnement de la Ville de Laval par Guillaume Garot constitue un enjeu financier important. Si la multinationale Vinci est candidate et l'emporte, voyons ce que cela pourrait signifier.


Les recettes du stationnement à Laval, pour l'année 2009, ont été de 858 602,12 euros (en prenant en compte la TVA sur certains parkings). S'y ajoute le reversement par l'Etat du produit des amendes (après péréquation entre les communes) d'un montant de 264 000 euros en 2009,argent 07 à affecter obligatoirement à des travaux de voirie, de stationnement ou de sécurité routière (et que la loi interdit, heureusement, de verser à la société privée).

Pourquoi M. Boyer a-t-il minoré de façon très importante le montant des recettes dans le Courrier de la Mayenne du 22 avril 2010 ?

Pourquoi a-t-il communiqué au journaliste la somme de 410 000 euros ?

 

Ce que ça représente


peinardLa recette annuelle de TOUT le stationnement de la Ville de Laval (parkings et horodateurs) suffirait tout juste à payer le salaire du patron actuel de VINCI  pendant 5 mois !

Son salaire annuel est en effet de 2,2 millions d'euros.


Son salaire annuel permettrait de payer tous les agents municipaux de la ville de Laval pendant 1 mois !


Autrement dit

Il gagne chaque mois le salaire mensuel de 130 agents de la Ville de Laval !


Autrement dit

Il gagne en 1 an ce qu'un agent municipal gagnerait en 110 ans !riche

 

2007, une année record

 

En 2007, il a perçu 13,10 millions d'euros. C'est-à-dire que, cette année-là, la recette annuelle du stationnement à Laval aurait payé 1 mois de salaire au patron de Vinci !


Un exemple, sans doute, pour Guillaume Garot, Jean-Christophe Boyer et une partie de la gauche lavalloise ?

 


Les patrons les mieux payés du CAC 40

3. Xavier Huillard

huillard

Xavier Huillard

59 ans

PDG de VINCI

Revenus en 2007 : 13,10 millions d’euros

 

Xavier Huillard, PDG de Vinci, premier groupe mondial de construction et de services associés (bâtiments, parkings, des infrastructures de transport, autoroutes…) a un revenu annuel de 2,22 millions d’euros (dont la part fixe est à 700 000 euros) mais a empoché en 2007 sept ans de salaire, donc près de 11 millions d’euros ! Même si la somme paraît colossale, elle n’est l’équivalent que de trois jours de bénéfices pour le groupe !

 

Enquête réalisée par L’Expansion, juin 2008, n°731

 

 

Consultez la liste des patrons du CAC 40 et leurs revenus 

 

 

Faites une expérience sur le site argent-salaire. Com

 

ATTENTION !

Avant d'ouvrir ce lien, réfléchissez bien !

Ce que vous allez y lire va vous révolter ou vous déprimer profondément… Vous allez voir qu'en ¼ d'heure, le PDG de Vinci a gagné votre salaire mensuel !

brouette argent

 

Si, néanmoins, vous visitez cette page, laissez-la ouverte un moment. Faites autre chose, puis revenez la consulter, et vous verrez que le temps, c'est beaucoup d'argent pour les uns, bien moins pour les autres ! Et vous pouvez également faire la même expérience avec votre salaire que vous inscrivez dans une case prévue à cet effet.


http://www.argent-salaire.com/salaire-xavier-huillard-833334.php

 

 

Son prédécesseur, M. Antoine Zacharias, a eu les honneurs de la presse ces derniers mois. Et la justice lui a donné raison !!!

 

Ce qui était en cause, c'était ses émoluments. Jugez-en !

 

4 millions d’euros de revenu annuel (soit 2500 euros de l'heure !), 13 millions d’indemnités de départ, 40 millions de retraite chapeau.(source : Libération du samedi 27 mars 2010).

 

STOP !stop

 

Guillaume Garot, Jean-Christophe Boyer : renoncez à la privatisation du stationnement à Laval !

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 20:25

 

Encore une rumeur,

seulement étayée par de simples déductions,

mais quand même…

 

 

La privatisation du stationnement va faire l'objet d'une mise en concurrence, c'est la loi  (Loi n°93-122 du 29 janvier 1993 modifiée, relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques, dite "loi Sapin").

 

Pourtant, le nom d'un futur bénéficiaire possible est déjà sur toutes les lèvres. Qu'en est-icasino17l vraiment ? Difficile, bien sûr, de le savoir ou de prendre le risque de faire un procès d'intention.

 

L'enquête

 

detectives011Alors, nous avons décidé d'enquêter pour savoir si la rumeur sur la société qui pourrait gérer le stationnement à Laval est fondée.

 

En étudiant les archives de la tentative de privatisation de l'eau, en 1992-1993, nous avons retrouvé  un article du Courrier de la Mayenne du jeudi 4 février 1993.

 

Sous la rubrique "Clin d'œil", il est intitulé : "Une publicité qui tombe à… pic".

 

"Curieux, non ! Simple coïncidence, oui… sans doute. Comme le veut la tradition en cette longue période de vœux, André Pinçon maire de Laval a distribué quelques objets signés "Laval, la vie".

Après le magnifique stylo de l'an dernier, est arrivé cette année un superbe agenda à la couverture dorée à l'or fin représentant le célèbre navigateur lavallois Alain Gerbault. Les premières pages permettent au travers de splendides photographies en couleur de découvrir les monuments, les industries, les lycées, les sports pratiqués, etc…

Ces documents d'une rare qualité donnent à la ville de Laval une belle dimension et ne manqueront pas sans doute de faire venir quelques touristes.

 

La Saur émerge

 

Au hasard des publicités qui sont placées dans la dizaine de pages réservées à la ville de Laval, certains ne manqueront pas d'ironiser sur deux pavés. L'un est consacré à la Compagnie Générale des Eaux, l'autre vante les mérites de la SAUR qui s'occupe tout particulièrement de la gestion déléguée dans les métiers liés au cycle de l'eau, au traitement d'eau et à la propreté.

Sans doute s'agit-il d'une simple coïncidence, mais voilà qui ne manquera pas de faire dire à quelques uns qu'il y a bien anguille sous roche quant à l'éventuel projet de privatisation du service Eau et Assainissement.

Voilà bien une publicité qui tombe à pic à défaut de tomber peut-être à l'eau !!!"

 

detectives020Nous avons donc repris à notre compte l'intéressante méthode d'observation pratiquée à l'époque par ce journaliste professionnel.

 

Nous avons interrogé les gens autour de nous ; plusieurs collègues ont alors fait des rapprochements…

 

Bon sang, mais c'est bien sûr !!!bourrel 1

 

Plusieurs amateurs de foot se sont souvenu du match Laval – Clermont, le 19 janvier 2010.

musique-haut-parleurs-25Ce jour-là, Laval recevait Clermont-Ferrand. Le speaker du stade s'époumonait pour saluer, à de multiples reprises, le sponsor de la soirée : Vinci !

 

 

Un amour… foot !

 

foot ballonFaut dire que les hauts responsables de la municipalité sont devenus des fanas de football, surtout depuis leur arrivée à la mairie. Ils ne ratent pas un match, et c'est l'occasion de fréquenter le gratin local, notamment le patronat. Ah ! le délicieux parfum de la bourgeoisie ! Chabrol pourrait en faire un film…

Probable qu'élus à Béziers, c'eût été le rugby, et à Cambrai, les bêtises…

 

Et dans le journal du Stade Lavallois "Le terrain de vos émotions" (page 6), il y a ce jour-là une publicité… Vinci !

Avec un texte très enthousiaste pour Laval et son équipe.

 

Le Parrain

 

"Vinci Park Ouest, parrain du match Laval Clermont"

 

Vinci Park Ouest est concessionnaire ou gestionnaire de 12 000 places de stationnement payant dans les régions Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Centre. Ses implantations principales sont Tours, aux Sables-d'Ollonne, à Nantes, à Lorient, à Vannes et dans de nombreuses autres villes.

Depuis un an la société Vinci Park est présente à Laval où elle est prestataire de services pour la Ville, assurant l'exploitation des parkings de la cale Gambetta, du ballon foot 2Britais, du Théâtre et du grand parking souterrain de la Gare (une solution pratique pour les soirs de match)."

 

Soulignons tout d'abord que la mission de Vinci est le simple gardiennage de ces parkings, sous le contrôle d'un fonctionnaire de la Mairie qui en assure la stricte régie financière, lui-même sous le contrôle du Trésor Public (ce qui ne sera plus le cas avec la privatisation, où l'argent ira directement dans les caisses de la société privée).argent 83

Vinci avait remporté le marché face à une entreprise locale en place et assure cette mission depuis mars 2009. Le terme "exploitation" est donc un peu abusif pour caractériser la situation actuelle. Toutefois, au quotidien, le soutien manifeste de l'adjoint aux finances, plus prompt à donner raison à Vinci qu'aux fonctionnaires territoriaux en place, accorde finalement un certain crédit au fait qu'ils se croient déjà chez eux…

 

 

Droit au but !

 

foot 


Dans le même article, le délégué régional de Vinci, "expliquant pourquoi il a choisi d'être le sponsor privilégié du match Laval-Clermont", déclare :cromagnons-18

 

"Nous ne sommes pas encore suffisamment connus à Laval puisque nous ven ons d'arriver. Nous avons remarqué très vite qu'en Mayenne, les gens, mais aussi les décidecarton rougeurs, étaient très foot. Nous avons donc choisi le Stade Lavallois pour nous faire connaître. C'est d'ailleurs ce que nous avons fait avec succès à Tours. Le sponsoring sportif ne nous donne pas de clients supplémentaires directs, mais il nous apporte un relationnel que nous ne trouverions pas ailleurs".

 

Tout est dit !

 

 

 

cesar-roman-rmperorVeni, vidi… Vinci !

 

Le sympathique directeur commercial du Stade Lavallois, observateur tout en finesse de son club et de sa ville, le reconnaît dans Ouest France du 12 mars 2010 :

 

"Pourquoi être partenaire du Stade Lavallois ?

 

La couverture médiatique est importante, surtout quand les matchs sont télévisés. Cela permet de faire connaître sa marque sur l'ensemble du territoire. Quant à louer une loge, cela permet de côtoyer d'autres chefs d'entreprhomme qui sert la mainise, et de se constituer un réseau de relations. Les affaires se créent par l'intermédiaire du foot. Ça marche un peu comme les clubs service : le Rotary club, le Lion's club… Les affaires ne se concluent pas forcément là, mais les relations entre décideurs politiques et économiques sont facilitées."

 

Le Général de Gaulle disait que "la politique de la France ne se fait pas à la Corbeille" (la bourse) : celle de Laval se ferait-elle à la troisième mi-temps ?champagnes009

 

Concurrence libre et non faussée ?

 

Dès lors, vous l'avez bien compris, une société candidate éventuelle a su prendre un peu d'avance sur les autres. Mais personne ne saurait douter que la transparence l'emportera, comme toujours.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 20:30

Les élus de gauche au pied du mur

 

 bati 001artisans-macons-5

Le 28 septembre 2009, le conseil municipal de Laval était réuni.

Ce jour là, un vœu (prise de position d'une assemblée dans un domaine ne relevant pas de sa compétence, mais permettant d'affirmer une conviction politique), était présenté par Florian Derouet, élu communiste. Il s'agissait de manifester le soutien du Conseil municipal de Laval à la lutte entreprise contre la privatisation de la Poste, et ceci à quelques jours de la votation citoyenne du 3 octobre.

 

 

  affiche la poste

 

 

discoursFlorian Derouet : "C'est un vœu que je présente aujourd'hui devant le Conseil municipal sur la défense et la promotion des services publics et de qualité à Laval et en Mayenne".

 

Puis l'élu donne lecture de ce texte. Il précise notamment :

 

"Ces services et les fonctionnaires qui les animent sont indispensables au développement de l'attractivité économique ainsi qu'au renforcement du lien social et du "mieux-vivre ensemble" dans notre ville…".

 

"…de nouvelles menaces pèsent aujourd'hui sur l'avenir de nos services publics"…

 

"Les Lavallois et la qualité de vie à laquelle ils aspirent légitimement, ne doivent pas être victimes d'un désengagement et d'une logique strictement comptable de l'action publique. Or, un grand danger plane au-dessus de nos têtes, celui du démantèlement des services publics. A travers une politique libérale débridée, à grand renfort d'effets d'annonce et de privatisations masquées, le gouvernement détruit les services pourtant indispensables au maintien de la cohésion nationale, dans un contexte de crise sans précédent du capitalisme laissant sur le bord de la route les plus fragiles de nos concitoyens.

Le Conseil municipal, réuni en séance, réaffirme donc solennellement son attachement à la préservation des services publics de qualité à Laval et en Mayenne… il demande aussi au gouvernement de renoncer à son projet d'ouverture du capital de la Poste".

 

  personnages-foule-4

Ce texte était voté par tous les élus de la majorité de gauche du conseil municipal de Laval.artisans-macons-4

 

Le 17 mai, le Conseil municipal aura cette fois toutes les cartes en main : il ne s'agira pas d'un vœu, mais d'une délibération à prendre sur la privatisation du stationnement. Il ne dépend donc que des élus lavallois qu'un service public soit maintenu et qu'un projet de privatisation à une société privée capitaliste soit rejeté. 

 

C'est au pied du mur que l'on voit le maçon…

 

 

Un Vert, ça va. Plusieurs Verts : bonjour les dégâts !

 

 

discours livreDans le cadre de la préparation des élections municipales, les Verts de la Mayenne avaient publié, le 5 février 2008, un intéressant programme intitulé :

 

"Municipales : 70 propositions pour améliorer la mobilité et en maîtriser la croissance à Laval".

D'entrée, les Verts précisent : "Les Verts de la Mayenne ont mené une réflexion très poussée pour proposer une série de mesures...".

Voyons ce qu'il en est... 

 voitureécrasée

Au chapitre "Maîtriser le stationnement", on peut lire cet engagement solennel :

 

"Refuser la privatisation du stationnement (délégation de service public)hommesparle provoquée par la gestion des ouvrages".

 ecolo

Au passage, notons que les Verts ne sont pas dupes sur les subtilités de langage de MM.Guillaume Garot et Boyer : ils savent que "délégation de service public" est le mot savant pour PRIVATISATION !

 

 

Les socialistes sont contre les privatisations... à Montauban.

 

meteo-soleil-30Montauban, ville de taille identique à Laval, a une député-maire UMP. Et elle privatise, après avoir commencé par le stationnement.

 Le PS local réagit. Voici son communiqué :

 

"Brigitte Barèges, députée maire de montauban et son équipe de la majorité municipale viennent d’annoncer la délégation à des opérateurs privés de services jusqu’alors gérés en régie directe.

Cette décision, prise encore une fois sans concertation préalable ni des élus de l’opposition, ni des Montalbanais, s’inscrit dans une logique de marchandisation des services publics locaux, d’autant plus inacceptable qu’elle concerne des domaines essentiels de la vie quotidienne de la poing levépopulation : eau, assainissement, ordures ménagères, piscine.

Dans un contexte de crise qui précarise de fait les plus démunis, cette démarche unilatérale révèle une conception de la gouvernance qui visiblement fait peu cas de la qualité des services rendus à la population et des employés municipaux en les plaçant dans des conditions d’insécurité personnelle et professionnelle.

En tout état de cause, le choix de ce mode de gestion n’est pas neutre notamment sur le plan financier pour les usagers (par exemple, on constate en moyenne une augmentation de 8 % des tarifs suite à une privatisation de l’eau - source INSEE) et appelle donc une réponse politique.

Le Parti Socialiste de Montauban, sur la base des valeurs qui sont les siennes, et qui ont toujours été défendues par les municipalités de gauche successives, est attaché à conserver en régie directe l’ensemble de ces services publics locaux. Le parti défend l’idée que les usagers du service public ne doivent pas devenir des clients.

Après la privatisation du stationnement, des transports en commun, cette annonce d’une nouvelle vague de privatisation laisse présager que l’ensemble des services de proximité seront inéluctablement bradés. Le parti socialiste ne peut l’accepter et s’y opposera avec détermination".chaud

 

Deux positions du même parti aussi différentes sur un même sujet, selon que l'on est au nord ou au sud de la Loire ??? 

C'est sûrement le soleil...

 

 

hommes055Alors, récapitulons :

 

- les élus communistes sont contre les privatisations de service public !homme equilibre

- les élus Verts (dont leurs 2 adjoints au maire) ont promis  de ne pas privatiser !

- plusieurs élus de la société civile ne sont pas chauds à cette idée !

- il reste encore quelques socialistes authentiques que cette idée rebute !

- la majorité unanime a voté un voeu contre la privatisation de la Poste.

 

homme pleureIl sera bien difficile à Guillaume Garot et à Jean-Christophe Boyer de faire accepter ce projet de privatisation aux élus de leur majorité, même à l'insu de leur plein gré.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 20:45

Histoire d'un précédent qui a fait pschiiittt…

 

L'histoire des privatisations de services municipaux à Laval a bizarrement toujours été le fait de municipalités de gauche. Rendons exceptionnellement un furtif hommage à M. d'Aubert : lui a plutôt eu tendance à municipaliser.

C'était en 1992 : M. Garot avait alors 25 ans et sortait de Sciences Po.

En cette fin de 2ème septennat de François Mitterrand, la gauche s'était convertie à l'Europe libérale et ne parlait plus de nationalisations. Bernard Tapie était le ministre de la Ville. C'était aussi l'époque où la vie politique était largement influencée par les affaires de financement précisément liées à l'attribution de marchés ou de délégations de services publics. Cabinets d'études et intermédiaires étaient souvent à la une des journaux : Urba, Sages, Gifco, Méry...

 

argent 83Fréquemment, dans les collectivités locales, aux sorties des commissions officielles d'appel d'offres, certains élus se précipitaient sur le téléphone pour la petite commission…

 

Des juges courageux se heurtaient au milieu politique : Thierry Jean-Pierre, Renaud Van Ruymbeke, Eva Joly... C'était il y a bien longtemps…


Dans ce contexte, qui n'avait évidemment rien à voir, des grosses têtes nouvellement arrivées à la mairie de Laval avaient susurré à l'oreille des élus de l'époque qu'il y avait urgence à se mettre aussi aux privatisations, surtout que le durcissement des textes et réglementations se profilait à l'horizon.

La rumeur s'était amplifiée à l'automne 1992 d'une possible privatisation du service Eau – Assainissement. Le maire de l'époque avait donc décidé de publier un communiqué de mise au point. Une intersyndicale se constituait alors au sein des services municipaux et les organisations publiaient des études fort intéressantes sur les dangers de ces pratiques.

Les syndicats faisaient également appel aux usagers, les mettant en garde contre les risques des privatisations.

En cette fin 1992, la bataille fut rude. La composante écologiste de la majorité municipale de gauche ("Génération Écologie") prenait position contre la privatisation et réclamait un référendum. Les associations de consommateurs comme Asseco CFDT exigeaient également une consultation bouche égoûtde la population.

Le 18 décembre 1992, de 11h à 12h, des centaines d'agents municipaux se réunissaient devant la Mairie avec banderoles et véhicules, bloquant tout le centre-ville.

Ouest France notait : "de mémoire de manifestants, c'était leur premier conflit depuis… 1968".

Une délégation rencontrait le Maire mais n'obtenait pas de réponse satisfaisante. Ouest France exprima bien l'inquiétude des agents : "qui nous garantit que les 57 personnes des services, après avoir été intégrées dans le privé, nerobinet seront pas virées au bout de 6 mois ?".

La partie de bras-de-fer se terminait fin avril. Réunis en commission plénière, le jeudi 22 avril 1993, les élus de la majorité de gauche renonçaient finalement à ce projet. Les lavallois n'ont eu qu'à se féliciter de ce choix qui a permis à la fois de conserver des tarifs très raisonnables et d'assurer la maintenance et la modernisation des installations de production et de traitement, et des réseaux. Désormais, de nombreuses villes, dont Paris, mettent en oeuvre le retour au service public.


Le Vecteur Libre et Indépendant vous remet à chacun, en fichier joint PDF(avec signets), le dossier complet de ce conflit exemplaire, rebaptisé "histoire d'O".

 


 livre028-copie-1


Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 20:42

bourseLa privatisation du stationnement est confirmée !


 

C'était vrai !

 hommes036

Notre article sur "La Rumeur", paru le 12 avril, a fait son effet.

 

Dès sa publication, la presse a interrogé la municipalité sur les fondements de cette rumeur et sa réalité. Pris de court, Jean-Christophe Boyer, adjoint au maire chargé des finances et de la communication, a dû s'y coller, confirmant dans la précipitation le projet de privatisation qu'il baptise pudiquement de son appellation juridique, "délégation de service public". Et Ouest France a publié un grand article le mercredi 14 avril.

 

De son côté, Guillaume Garot a convoqué le Comité Technique Paritaire pour le jeudi 29 avril à 9 heures, avec à l'ordre du jour : "la création d'une délégation de service public pour la gestion du stationnement", ce qui, en langage clair, signifie la privatisation du stationnement à Laval.

 

Les deux principaux responsables de la municipalité ont donc dû reconnaître que Le Vecteur Libre et Indépendant avait écrit la vérité !

 

 

M. Boyer se met à table.

 

La plupart des élus ont découvert ce dossier au travers de notre article du 12 avril. Ce qui n'empêche pas Jean-Christophe Boyer de déclarer avec aplomb à Ouest France, le 14 avril : "un projet sur lequel les élus travaillent depuis six mois" !

hommes130
 

Mais Jean-Christophe Boyer, manifestement déstabilisé par la tournure des évènements, et pressé de questions par les journalistes, s'en est pris maladroitement et méchamment aux fonctionnaires municipaux, alimentant ainsi le credo gouvernemental contre les agents de la fonction publique :

 

Gérer les parkings est "un vrai métier", lâche-t-il !

C'est sans doute la raison pour laquelle la préparation de cette décision a été caractérisée par la totale mise à l'écart de tous les services municipaux concernés.

 

Est-ce cela le respect des services et des fonctionnaires ? Est-ce cela la "reconnaissance de l'expertise et des connaissances des services municipaux" tant vantés par Guillaume Garot dans ses discours devant le personnel ?

 

Pour Jean-Christophe Boyer, "à Laval, cette mission s'est greffée au travail de fonctionnaires qui ont dû apprendre sur le tas". Manifestement, l'adjoihommes093nt au maire nie le professionnalisme des agents municipaux. Les services de la voirie, par exemple, travaillent depuis 30 ans sur ces questions. Pour ce qui est de la "formation sur le tas", il ignore sans doute que les collectivités versent chaque année 1% de leur masse salariale au CNFPT, l'organisme de formation. Et le stationnement est une mission traditionnelle des mairies.

 

La vérité !

 

Rappelons que les fonctionnaires ne font qu'appliquer les directives des élus.

 

Voici comment la municipalité a laissé "pourrir" la situation du stationnement pour mieux préparer cette privatisation :

 

- depuis 1 ans, refus de renouveler le stock de cartes offrant 30 minutes gratuites aux usagers ; ceux-ci, au nombre d'une quinzaine chaque jour, se présentent au guichet de la mairie pour en réclamer une et les fonctionnaires doivent subir leur légitime mécontentement sans broncher ;

 

- de même, après avoir attendu plusieurs mois pour renouveler le stock des cartes "abonnement résident", M. Garot déclare aujourd'hui :"le nombre des abonnements est en diminution inquiétante" !

 

horopanne light- difficultés pour l'acquisition de pièces de rechange par les services de maintenance des horodateurs ;

 

- tarifs des abonnements trop élevés, et donc dissuasifs pour les riverains, au parking du théâtre ex-Jules Ferry ; 

 

- fuites au parking de la gare en raison de malfaçons, ce qui entraîne la neutralisation forcée de 60 places au risque d'une corrosion des carrosseries par le dépôt d'une laitance de ciment particulièrement agressive. Les fonctionnaires de la Ville ne sont pour rien dans la maîtrise d'œuvre et la construction de ce parking, réalisé par la SACOLA (un "vrai métier"), devenue LMA et présidée désormais par M. Boyer.

 

- risques pour les carrosseries des véhicules au parking du théâtre (ex-Jules Ferry) lors de l'accès aux étages. Les fonctionnaires de la Ville ont été totalement tenus à l'écart de sa réalisation qui est "l'œuvre" de la SACOLA (un "vrai métier"), devenue LMA et présidée désormais par M. Boyer.

 

Quant aux conséquences sociales de la privatisation, M. Boyer efface vite la problématique : "Cela représente deux équivalents temps plein à qui l'on trouvera de nouvelles missions à l'avenir" : ce propos conviendrait mieux dans la bouche d'un manager de France Telecom que dans celle d'un élu socialiste ! Les agents municipaux ont apprécié !

 

Décidément, M. Boyer, la communication, c'est un "vrai métier" !

 

 

La privatisation n'est pas le bon choix

 

Monsieur d'Aubert avait en son temps envisagé une telle privatisation. Sous la conduite politique de Félix Houdbine, adjoint au maire, l'étude avait été réalisée en toute transparence par les services municipaux. Le projet avait finalement été abandonné après une consultation par voie d'appel d'offres.

 

Deux raisons principales motivaient le maintien du service public :auto 023

 

- la privatisation était économiquement absurde pour la collectivité, mais juteuse pour la société privée et ses actionnaires ;

 

coffre fort- les opérateurs privés exigeaient une hausse exorbitante des tarifs et une extension considérable de la géographie des zones payantes.

 

C'est pourquoi M. Boyer ne peut être cru lorsqu'il annonce, grâce à ce projet, un "objectif de baisser les tarifs" ou qu'il promet "une heure gratuite sur les parkings clos".

 

D'ailleurs, le rapport que présentera Guillaume Garot au CTP du 29 avril motive notamment la privatisation par une situation actuelle qui ne serait pas satisfaisante, et donc, que seule une société privée pourrait corriger :

 police 001

- "les tarifs sur voirie comme en parkings sont peu élevés"

- "les recettes sont faibles"

- "il y a peu de PV sur la voirie" (12 000 à 15 000 par an !)

 

 

Et, manifestement, ce sont les salariés habitant hors Laval (joliment baptisés "les migrants" dans le projet municipal) et qui travaillent en ville, qui pourraient faire particulièrement les frais du futur plan de stationnement.

 

caravane

 

Au sein des services municipaux, que ceux qui ne se sentiraient pas concernés se méfient. Si le stationnement est privatisé, d'autres services suivront…

 

Ces privatisations peuvent d'ailleurs se faire au bénéfice de sociétés capitalistes, mais aussi de certaines associations ou comités de quartiers…

 

Un autre théâtre d'opération

 

theatre001Un deuxième dossier est présenté à l'ordre du jour du CTP du 29 avril 2010 : la création d'une "régie personnalisée pour le Théâtre" avec "autonomie financière". La municipalité veut-elle reconstituer "Laval Spectacles", qui fut le "théâtre" d'un scandale financier voici quelques années ?

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 11:19

personnage-oreille-copie-1La rumeur…

   

Lorsqu'il publie une enquête, Le Vecteur Libre et Indépendant dispose toujours d'un solide dossier.

 

C'est donc très exceptionnellement, et en vous annonçant notre prudence, que nous faisons aujourd'hui état de ce qui n'est encore qu'une rumeur, tellement insistante que nous estimons nécessaire de la porter à la connaissance de l'ensemble du personnel, mais aussi, ce qui est un comble, de la plupart des élus.

 

Guillaume Garot prépare la privatisation ("délégation de service public" n'estauto cigare que le terme juridique) des parkings et du stationnement de la Ville de Laval.

 

Rien de tel ne figurait dans son programme électoral de 2008 (mais, après tout, il en était de même pour l'augmentation de 26% des impôts…).

 

Ce projet, concocté dans le plus grand secret par quelques "têtes pensantes" et un cabinet parisien, a été entièrement préparé en tenant dans l'ignorance la plus absolue tous les services concernés, mais aussi la plupart des élus de la majorité municipale.

 

caisseOr, les fonctionnaires territoriaux sont très attachés au service public, et la plupart des élus de gauche, par éthique et par conviction politique, rejettent la marchandisation des prestations offertes à la population.

 

C'est dire la gravité de notre propos et il ne tient donc qu'à Guillaume Garot d'apporter le démenti .

 

Nous attendons, mais nous enquêtons…

 

Et dans l'immédiat, pour faire preuve de notre bonne volonté vis-à-vis de Guillaume Garot, nous lui remettons bien volontiers le texte qu'en de telles circonstances, un de ses prédécesseurs, confronté lui aussi à une rumeur de privatisation de l'eau, avait publié le 11 décembre 1992.

 

Certains paragraphes pourraient être repris par lui en simple copié-collé…

 

interro

Partager cet article
Repost0