Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog

Archives

2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 10:14

Sa binette partout ! 

 

Dans le numéro 99 du Lam de janvier-février 2008, pas de Tribune FO qui a été censurée. 

 Mais par contre d'Aubert y est 10 fois en photo ! 

 Il confond bulletin interne et feuille de chou électorale ! 

 La rédactrice, Morgane-Hélène, par ailleurs responsable des jeunes de l'UMP, est vraiment admirative et veut nous faire partager son enthousiasme. Mais ce sera bien difficile...

Partager cet article
Repost0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 09:49

 A quelques semaines du scrutin la tendance se confirme. Le quotidien "Le Figaro" en rend compte dans son édition du 1er février 2008.

"Municipales : l'UMP s'alarme

Jean-Baptiste Garat 

01/02/2008

 

La liste des villes que la droite craint de perdre s'allonge à cinq semaines du scrutin.

 

« LE PS vend la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Faut-il le rappeler, ce sont les électeurs qui trancheront. » L'UMP, par la voix de son secrétaire général adjoint Dominique Paillé, n'entendait pas se laisser impressionner, hier, par les espoirs annoncés de la gauche. La veille, à Neuilly-sur-Seine, François Hollande avait estimé à trente les villes que le PS pouvait prendre à la droite à l'occasion des municipales.

 

Raisons de son optimisme ? L'abstention d'une partie de l'électorat de droite, déroutée par la politique du gouvernement et notamment, selon lui, les Français « de la boutique, des professions libérales et des agriculteurs », inquiets des propositions du rapport Attali.

 

« François Hollande espère un rééquilibrage, après les municipales de 2001 où nous avions conquis 35 villes à la gauche, analyse Dominique Paillé. Mais nous avons encore des marges de progression. » Le parti majoritaire mise ainsi sur le basculement de plusieurs bastions de l'opposition, comme Angers, où Christophe Béchu a reçu le soutien du MoDem contre le maire socialiste Jean-Claude Antonini.

Scénario noir 

 

À Belfort, les divisions de la gauche pourraient profiter à l'UMP Damien Meslot. Le secrétaire d'État à la Consommation, Luc Chatel, est également en bonne position à Chaumont, tout comme le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, au Puy ou Xavier Dullin, à Chambéry.

 

Malgré ces possibles victoires, la majorité apparaît de plus en plus réservée sur le résultat global du scrutin et sur son interprétation nationale. À cinq semaines du premier tour des municipales, une batterie de sondages est venue doucher les espoirs de la majorité à Paris et à Lyon. « Depuis juillet 2007, nous sommes perdants à Paris et rien n'a jusqu'à présent permis de renverser la tendance », déplore un cadre de l'UMP, qui n'est pas plus optimiste pour la capitale rhodanienne. Certains vont même jusqu'à évoquer un scénario noir qui verrait la majorité perdre Marseille et Toulouse.

 

Est-ce l'effet de ces premiers sondages ? Les inquiétudes se font grandissantes et la liste des villes où la majorité est en difficulté s'allonge. Caen et Laval, en premier lieu, où les maires UMP sortants, Brigitte Le Brethon et François d'Aubert affronteront les députés socialistes qui les avaient défaits aux législatives, Philippe Duron et Guillaume Garot. À Quimper, l'une des dernières villes de la droite en Bretagne, l'ancien maire, Bernard Poignant, a de bons espoirs de mettre à mal la succession du maire UMP sortant Alain Gérard. Philippe Mottet, maire UMP d'Angoulême, aura également fort à faire contre le conseiller régional socialiste Philippe Lavaud.

 

Parmi les villes conquises par la droite en 2001, Blois, Châteauroux, Dieppe, Montauban, Saint-Brieuc, Cahors pourraient également rebasculer à gauche. Tout comme Tarbes, ancien bastion communiste acquis de justesse il y a sept ans par l'UMP Gérard Trémège et où la gauche s'est réunie derrière le député socialiste et président de la communauté d'agglomération, Jean Glavany.

 

Plus surprenant, dans la majorité certains s'inquiètent du sort de Michel Thiollière, maire sortant UMP de Saint-Étienne, face à Maurice Vincent pour le PS et Gilles Artigues pour le MoDem. Autre surprise, les difficultés qui pourraient survenir à Amiens, que Gilles de Robien dirige depuis 1989. « Il est usé », assène un cadre de l'UMP qui estime entre 25 et 30 les villes à risques pour la majorité. Exactement le nombre de conquêtes espérées par François Hollande".
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 14:40

  Les malheurs du site internet de M. d'Aubert.

On peut être ancien ministre de la Recherche, ancien ambassadeur Iter, président de la Cité des Sciences de la Villette, décréter Laval "capitale du monde de la virtualité", et avoir bien des malheurs avec son site internet de campagne. Comme quoi les cordonniers sont parfois les plus mal chaussés !

Voici quelques semaines, le blog de François d'Aubert en était  encore à "remercier" les mayennais après son échec aux élections législatives du 17 juin 2007.

Puis, le Vecteur en ayant parlé, tout disparaissait. S'ouvrait alors un blog traditionnel, peu alimenté, mais permettant aux lecteurs de laisser des commentaires. Après 3 semaines, d'Aubert découvrait qu'au fil des jours les commentaires lui étaient très défavorables, voire acerbes quant à sa gestion municipale.

Alors, disparition du blog, et création d'un nouveau site. Mais là, d'Aubert choisit un logiciel que certains internautes ont du mal à lire (flash player, connu pour ses difficultés d'installation !), surtout dans les quartiers de Laval où internet est en rideau (ainsi que le téléphone) tous les soirs après 18 heures !!! 

 Ainsi, les vidéos de sa "FDA TV" (comprendre la télé à d'Aubert) sont particulièrement longues à télécharger, ou sont hachées !!!

Pas à dire, communiquer est un art, et d'Aubert, depuis Radio-Perrine, a bien du mal...

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 17:59

Salaire au mérite : ça peut rapporter gros !!!

    

Lors de la cérémonie des voeux, M. d'Aubert a annoncé l'institution, s'il est réélu, de l'attribution du régime indemnitaire au mérite (comprenez par là que, dans les limites de la même enveloppe budgétaire, vous pourrez bénéficier d'une augmentation de votre régime indemnitaire prélevée sur celui de votre voisin de bureau, mais, attention, ce peut être l'inverse...).

Ce procédé marche bien : la preuve, le "traider" de la Société Générale était payé au mérite. 

 

  Résultat : 5 milliards d'euros de perte. Un maxi "trou de Laval spectacles", en quelque sorte...

 

 

  Encore un service public essentiel qui ferme à Laval

 

 

chiottes.jpg

 

 Les toilettes situées près du palais de justice (lui-même en voie de fermeture partielle et de déménagement au Mans par la réforme Sarkozy-Dati) viennent d'être fermées. Ce service public communal semblait bien mal en point. Décidément, d'Aubert malmène quelque peu les services de proximité. Il veut faire de Laval la "capitale mondiale de la virtualité" : dans le domaine de l'hygiène publique, il est en passe de tenir sa promesse. Les murs et les bosquets sont heureusement bien réels pour assouvir les envies pressantes.

 

 100% Laval ???

 

Le comité de soutien à François d'Aubert a pris le nom de "100 % Laval". Est-ce de l'humour, une impertinence, ou une façon de rappeler à d'Aubert, qui habite Paris, dont la famille habite Paris, dont les enfants sont scolarisés à Paris... qu'il faut qu'il soit présent à Laval, et pas seulement avant les élections ? 

 

 

Bonne résolution

    

D'Aubert a refusé toutes ces années que des élus de l'opposition puissent siéger au Conseil de Laval-Agglo. Et voilà que, bien mal en point, il s'engage aujourd'hui à ce que ce soit un élu de l'opposition  qui préside la Commission d'appel d'offres de Laval-agglo. Il cherche une nouvelle présidence pour lui-même ?

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 11:29

Mettre en oeuvre les conditions du respect ! 

Les agents municipaux de la Ville de Laval en ont assez des relations difficiles que M. d'Aubert entretient avec eux depuis 1995, de l'absence de tout dialogue social, du manque de véritable reconnaissance de leur travail, pendant que quelques privilégiés du Système roulent carrosse aux frais du contribuable. 

Durant tout son second mandat, d'Aubert n'a participé à aucune réunion du Comité Technique Paritaire, aucune réunion du Comité d'Hygiène et Sécurité, ni à aucune séance des Commissions Administratives Paritaires. Et pendant le premier mandat, il n'était venu au CTP et à la CAP de catégorie A que pour tenter de casser la carrière des délégués syndicaux, faire partir le directeur de la culture, etc...

Seule la détermination des organisations syndicales de la Mairie, et le courage de leurs représentants, dont plusieurs ont vu leur carrière sacrifiée, auront permis d'empêcher la remise en cause de nos avantages acquis. Cette situation risquerait de ne pas perdurer, car les projets dangereux de M. Sarkozy concernant la fonction publique seraient appliqués avec zèle par M. d'Aubert (ainsi, le salaire au mérite, en fait à la tête du client et déjà annoncé lors de la cérémonie des voeux, la casse du statut, la baisse du pouvoir d'achat...).

Les méthodes employées par d'Aubert et sa direction générale ne sont pas reluisantes : mises en surnombre, placards, mal vivre au travail, recrutements clientélistes et copinage, des dizaines de contentieux judiciaires que d'Aubert a perdu à une large majorité...

 

Lire à ce propos :

Le tableau récapitulatif des contentieux,

La compilation de tous les jugements, un document de plus de 100 pages ! 

Que sera le dialogue social lors du prochain mandat qui se mettra en place dans quelques semaines ? 

Guillaume Garot a pris 5 engagements solennels devant les lavallois sur le thème du respect, parmi lesquels l'un nous concerne directement :

"Le respect des agents municipaux : leur travail doit être valorisé. Nous rétablirons le dialogue avec les instances paritaires. Les élus seront particulièrement à l'écoute des idées de ceux qui sont sur le terrain et en contact avec les lavallois, pour une meilleure qualité de service public et pour répondre aux attentes quotidiennes des habitants". 

Il a par ailleurs régulièrement été à l'écoute des agents municipaux qui lui ont fait part, ces derniers mois, de leurs difficultés et de leur mal-être au travail. Il a toujours su être disponible pour les recevoir, trouver les mots de réconfort, à défaut de pouvoir agir.

Qu'en est-il dans la nouvelle liste d'Aubert ?

Les nouveaux venus contribueront-ils à créer un climat plus serein, ou, tout simplement, seront-ils priés de se taire et de jouer les potiches dans les instances paritaires pendant que le Directeur Général des Services parle à leur place, comme cela se pratique depuis 13 ans ?

En tout cas, côté d'Aubert, ça s'annonce très mal pour le dialogue social et le respect des fonctionnaires. 

Le Vecteur Libre et Indépendant s'est procuré un document édifiant sur ce que pense Mme Samia Soultani-Vigneron, enseignante à l'IUT de Laval, membre de l'UMP et future première adjointe si d'Aubert était réélu.

Participant à une liste de discussion sur internet pour les adhérents de l'association de l'Union de Professeurs de Physiologie Biochimie et Microbiologie (UPBM), et s'agissant du malaise des enseignants, Mme Soultani-Vigneron écrivait le 3 avril 2007 à 9h 30 : 

"Je suis outrée par les plaintes perpétuelles des malheureux enseignants.
Pourquoi n'iraient-ils pas dans le privé puisqu'ils semblent envier les cadres pour leurs salaires et leur temps de travail. Faisons notre travail et arrêtons de nous plaindre sauf si c'est réellement justifié. En ce qui me concerne, personne ne m'a obligée à être dans l'enseignement pourtant je suis docteur-ingénieur et j'aurais pu travailler dans le privé mais je ne l'ai pas fait ! Mon poste me permet d'avoir une grande disponibilité pour mes enfants, une grande autonomie pour faire un métier que j'aime et que pas mal de cadres nous envient. Arrêtons avec nos idées noires et notre éternel sentiment de persécution. Personne ne nous en veut !
".

Ces propos provoquèrent un tollé dans le groupe de discussion des enseignants, dont certains connaissent des situations stressantes, dans des quartiers difficiles.

Ainsi, Isabelle concluant ainsi une longue réponse très argumentée :

"Petit message pour Samia: penser que ceux qui se plaignent,
continuent à rester dans le système par peur d'aller dans le privé, c'est ignorer l'envie et l'espoir qu'un jour peut être la situation change, parce que ce métier, on l'aime aussi!
".

Et Antoine : 

"...après avoir dévalorisé nos conditions matérielles, puis notre autorité, on dévalorise notre crédibilité intellectuelle. Que nous reste-t-il ? Oui, "on nous en veut" bel et bien, et c'est sans doute ce qui me pèse le plus. Maintenant, s'il faut en plus se taire, le bonheur est total !"

Voilà qui promet si d'Aubert est réélu : Mme Soultani-Vigneron, éventuelle 1ère adjointe au maire, expliquera sans doute aux agents municipaux que s'ils ne sont pas contents de leur situation, ils n'ont qu'à aller dans le privé !!!

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 18:22

Ça se précise. Le spécialiste des élections de l'UMP, Alain Marleix, donne Laval perdue pour d'Aubert aux prochaines municipales. La liste des défaites probables a été communiquée à Nicolas Sarkozy.

 

Article issu du site de la station de radio nationale Europe1

 

"L'UMP dresse sa carte de France des municipales

 

Le monsieur élection de Nicolas Sarkozy dresse pour Europe 1 la carte des villes gagnables ou perdables pour l'UMP aux prochaines élections municipales. Parmi les villes en difficulté, on trouve Rouen, Caen ou Laval. Du côté des villes pouvant être reprises à la gauche : Chambéry, Saumur ou Angers... 

Ecouter : Les précisions de Fabien Namias dans le journal de Christophe Charles.

 

C'est très rare, c'est même une première, le monsieur élection de Nicolas Sarkozy, Alain Marleix, à deux mois des municipales, dresse pour Europe 1 la liste de villes où la majorité peut espérer l'emporter et celles où au contraire elle risque la défaite.

 

Parmi les villes que l'UMP pense pouvoir ravir à la gauche : Angers, Saumur, Chambéry, Belfort, Calais ou Tourcoing.

 

Les villes que la majorité estime pourvoir garder : Toulouse, Bordeaux et Marseille. "Les maires sortants seront confortablement réélus", affirme même Alain Marleix.

 

Les villes où la droite se sent menacée : Saint-Etienne, Cahors, Laval, Quimper, Tarbes, Rouen et Caen. Pour les deux métropoles normandes, Alain Marleix pense que les maires sont devenus fragiles depuis leur défaite aux dernières législatives."

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 15:00
Dernière minute
Ouest-France
Laval
"12:38 - vendredi 18 janvier 2008
La centriste Gisèle Chauveau démissionne et rejoint la liste de Guillaume Garot

Conseillère municipale de la majorité déléguée à la vie associative, Gisèle Chauveau adresse aujourd'hui vendredi sa démission au maire de Laval François d'Aubert. Lors d'une conférence de presse ce vendredi matin, elle a également annoncé qu'elle allait rejoindre la liste de la Gauche unie conduite par Guillaume Garot. Toutefois, Gisèle Chauveau, chargée de communication âgée de 45 ans, conserve sa carte au MoDem et demeure "centriste indépendante". 
Plus d'informations demain dans Ouest-FranceOuest-France"
 
 
 
RADIO BLEUE MAYENNE, 18 JANVIER 2008 :
 
 
Ouest France, 19 janvier 2008
"Pourquoi Gisèle Chauveau vient de rejoindre la Gauche unie

Conseillère municipale déléguée à la vie associative, la centriste Gisèle Chauveau a adressé hier sa lettre de démission à François d'Aubert (UMP). Et a annoncé, lors d'une conférence de presse, qu'elle rejoignait la liste de son opposant, Guillaume Garot (Gauche unie).
 Pour quelles raisons démissionnez-vous ? 
Si je quitte aujourd'hui le conseil municipal de Laval, c'est d'abord pour une question de méthode. J'ai adoré ma fonction mais je n'avais pas les budgets nécessaires pour la remplir. C'est aussi une question de personne : je n'ai pas aimé le sectarisme de François d'Aubert. 
Dans ces circonstances, pourquoi ne pas être partie plus tôt ? 
Durant les 7 années de mon mandat, j'ai eu très souvent le sentiment de faire de la figuration. Je n'en ai pas vu beaucoup qui, comme moi, ont pris position, se sont mouillés. Et si je n'ai pas l'esprit frondeur, je fais aussi ce que je veux, en atteste le fait que j'ai voté pour Ségolène Royal au 2e tour de la présidentielle. C'est le côté irrationnel de la politique. C'est pourquoi je fais ici un vrai coming-out (NDLR : annonce publique d'un fait privé). Je vais peut-être pouvoir être enfin moi-même. 
Et pensez-vous « être vous-même » en rejoignant la liste de Guillaume Garot ? 
On se retrouve sur des fondamentaux, sur les mêmes valeurs démocrates. Guillaume Garot, c'est l'enthousiasme, la proximité, la modernité et, surtout, une vraie qualité d'écoute, sans condescendance. Et puis, je sais que le respect des gens sera le maître mot de son programme. Pour ne pas l'avoir observé, la municipalité a connu ses derniers échecs : le parking Jules-Ferry ou l'église Saint-Martin. 
Enfin, quelle est désormais votre couleur politique ? 
Sans soutenir ma démarche, François Zocchetto et Jean Arthuis m'ont dit l'avoir comprise. En 2008, j'aurai toujours ma carte au MoDem mais je ne m'exprimerai pas en son nom. Électoralement, je ne rentre certes pas au Parti socialiste, je redeviens une centriste indépendante. Ce n'est pas un calcul : j'estime qu'une mairie ne doit pas être un lieu politisé. Or, celle de Laval est devenue le siège de l'UMP. 
Propos recueillis par  
Yvan DUVIVIER.  
Ouest-France"
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 10:32

D'Aubert et sa Direction Générale : les prendriez-vous en stop ?

 

 

Lors du Conseil municipal du 14 décembre 2007, d'Aubert a présenté et fait adopter la "charte municipale d'écologie urbaine et de développement durable de la Ville de Laval". A 90 jours des élections municipales, il était temps...

  

 

 Globalement, ce document au titre pompeux est une simple compilation de bonnes intentions ("67 actions, plus de 200 mesures") rédigées tout simplement par un "copier-coller" de chartes en vigueur à Bordeaux, Lorient, etc...

Un ensemble d'actions concerne plus particulièrement les employés municipaux :

 D'Aubert nous promet le chèque-transport pour augmenter le nombre de salariés municipaux empruntant les transports en commun : ça tombe bien, c'est là une vieille revendication de Force Ouvrière, qui rappelle régulièrement ses promesses au gouvernement en ce domaine. Alors, nous lui disons CHICHE !

 Il veut favoriser le vélo (mais depuis 13 ans, rien n'est prévu près des bureaux pour les garer en sûreté et à l'abri !).

 Il promet également de renouveler "10 % de la flotte des véhicules de liaison de la Ville par une gamme moins énergivore". 

 

       Voilà 13 ans que son adjoint Félix Houdbine a fait une telle promesse qui n'a pas été tenue. Par ailleurs, le parc des véhicules municipaux est dans un tel état de délabrement (la plupart des véhicules ont 20 ans d'âge) que le "cannibalisme" et le "désossement" sont devenus la méthode de réparation n°1 pour les agents du garage dont la technicité fait merveille avec des moyens aussi ridicules.   

 

    Mais le Vecteur Libre et Indépendant a décidé de prendre d'Aubert au mot : nous lui faisons une proposition précise.

 Trois membres de la Direction Générale disposent chacun d'une superbe voiture de fonction aux frais de la Ville,  qu'ils utilisent pour venir au travail (certains de loin), mais aussi pendant le week-end, pour partir en vacances, etc...

 

    Organisons le covoiturage : 1 seul véhicule suffirait. A 6 heures du matin, il quitterait Coulaines (Sarthe) avec Gérard à son bord, qui passerait prendre Odile à La Chapelle-au-Riboul (nord-Mayenne), puis embarquerait Jean-Jacques au 58 rue de Nantes. A 8 heures 15, la DG serait au boulot. Le soir, parcours inverse.

 Avantage : économie pour le contribuable, protection de la planète, convivialité accrue...

 

 

 

 

 

     

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 15:16

L'hebdomadaire Le Point, dans son édition en date du 8 novembre 2007, cite Laval comme étant une "ville qui risque de basculer à gauche" avec une "forte probabilité de bascule" (voir l'article complet)..

Ainsi, tous les observateurs avertis sont d'accord, la seule nuance apportée est subtile : pour les uns c'est un risque, pour les autres c'est une chance...

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 10:14

Lu ce jour dans le Nouvel Observateur :

"Les villes qui pourraient basculer de droite à gauche

- Laval: La cinglante défaite du maire UMP François d'Aubert aux législatives est venue confirmer les 53,60% récoltés le 6 mai par Ségolène Royal. Le jeune socialiste Guillaume Garot peut croire en ses chances".

 

Partager cet article
Repost0