Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 13:50

 

Les méthodes très "spéciales"

 

du "Conseiller spécial" de Mme Lebranchu,  

ministre de "la réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la fonction publique". 

 

 

La mutation d'office de notre collègue Philippe SERRE, directeur de l'administration générale, "promu" "directeur de la prospective et de l'observation du territoire", une coquille vide à la description pompeuse et incompréhensible, est un cas d'école de "mise au placard".

 

Après 31 ans à la Mairie de Laval, et à 4 ans de la retraite, notre collègue s'apprête à connaître quelques mois difficiles.

 

Même si l'intéressé, qui s'est plié immédiatement à ses nouvelles obligations, et refuse de s'exprimer, semble faire preuve de bonne humeur malgré l'adversité, la combativité du personnage ne doit pas faire oublier la gravité des "placardisations". Des collègues moins solides peuvent en pâtir à tout moment, et c'est déjà partiellement le cas pour plusieurs qui souffrent en silence dans nos services.

 

L'exemple de notre collègue Serre doit avant tout être utile aux autres, notamment pour des situations à venir, car M. Boyer (Jean-Christophe) a averti les directeurs et chefs de service le 9 juillet : "les mouvements internes ne sont pas finis"…


 

Qu'est-ce que la "mise au placard" ?homme 030

 

Tout d'abord, elle n'est autorisée par aucun texte. Ensuite, elle poursuit un but étranger à l'action administrative : non seulement elle vise par une stratégie prédéfinie l'éviction de l'agent, mais encore elle porte atteinte à la dignité de la personne humaine. Aucune tolérance ne doit être acceptée, et tous les agents doivent se sentir concernés par le véritable calvaire qu'endurent leurs collègues plongés dans cette situation.

 

La « mise au placard » c'est la mise à l'écart. L'agent est contraint d'exécuter des tâches subalternes ; parfois, il est assigné dans un local « spécialement choisi ».  Ses attributions lui sont enlevées ou sont supprimées : délégation de signature (marque de confiance), encadrement (marque d'autorité), déqualification (cantonnement à des tâches subalternes).

 

balai

L'expression même de « mise au placard » correspond à une image forte où domine l'idée d'éviction : l'agent est déplacé, éloigné et donc ignoré, déconsidéré. Le sens usuel du terme « placard » doit être rappelé : il s'agit du lieu de rangement des objets qui ne servent pas. L'agent « mis au placard » est donc forcé à l'inactivité ; il est évincé de la vie active du service ; on s'est débarrassé de lui, même s'il fait encore partie des effectifs.

 

L'instrument juridique qui donne une légalité apparente à la « mise au placard » est la "mutation interne prise dans l'intérêt du service". Il s'agit là d'un risque mesuré, fondé sur les difficultés d'établissement de la preuve par l'agent concerné. Cette élimination quasi physique de l'équipe de travail se concrétise par : une affectation sur un autre poste, généralement avec présentation d'une fiche de poste « soignée » qui essaie de faire illusion ; un changement de bureau, qui comporte le plus souvent un éloignement géographique et une réduction de l'espace de travail. Cette mesure a pour but de « marquer » psychologiquement l'agent, éventuellement de le désolidariser de ses collègues.

 

A terme, l'agent ne sera plus sollicité pour l'accomplissement d'une tâche, il ne recevra plus aucune directive et sera écarté de toute réunion du service. Livré à lui-même, il sera fragilisé et deviendra une proie facile pour son ou ses détracteurs.

 

La « mise au placard » atteint l'agent dans sa dignité.


La dignité dans le travail, c'est le respect dû à la personne, quels que soient son statut et son positionnement hiérarchique. Or, la « mise au placard » est l'antithèse de la dignité. Elle blesse l'agent dans sa fierté d'homme ou de femme ; elle est avilissante parce qu'elle le place en situation d'infériorité, ce que ne manque pas d'exploiter la hiérarchie.

 

La « mise au placard » est une humiliation.

 

Elle représente pour l'agent qui en est victime une épreuve qui est liée non seulement à la mise à l'écart quasi physique mais encore à ses effets : dégradation des conditions de travail, notamment par une déqualification et une privation de moyens matériels, situation qui pourra être qualifiée de harcèlement moral par le juge; désocialisation ; perte de notoriété ; altération de la santé.

 

La « mise au placard » est d'abord une mesure de rétorsion, de vindicte. Et ceux qui collaborent à sa mise en œuvre, ou tentent d'en profiter,  ont indiscutablement un comportement pervers.

 

 

LAVAL : le "socialisme à visage humain"…

 

Le sort réservé ces derniers jours à notre collègue Philippe SERRE correspond tout à fait à cette stratégie pour tenter de le détruire ou de le faire partir.

 

Tout s'est passé pendant ses congés annuels, dont les dates lui avaient été demandées avec insistance depuis plusieurs semaines.

 

Sa mutation d'office a été présentée ainsi à la CAP de catégorie A, tenue pendant ses congés annuels :

 

pipeau"…il a été nouvellement créé une importante direction rattachée à la Direction générale des services, la Direction prospective et observation du territoire, dont le poste est actuellement vacant.

Comme cela a été indiqué lors du comité technique paritaire du 31 mai 2013, cette nouvelle direction permettra de rassembler et analyser les éléments à un niveau transversal permettant à la direction générale et aux élus de piloter l'approche stratégique et la cohérence de la mise en œuvre de l'action municipale, au regard des importantes évolutions du territoire de la Ville de Laval.

 

L'avis de la commission administrative paritaire est sollicité quant au projet de mutation d'office dans l'intérêt du service de Monsieur Philippe SERRE au poste de Directeur de la prospective et de l'observation du territoire.

 

Les mérites professionnels de Monsieur Philippe SERRE justifient sa mutation à la tête de cette nouvelle direction moteur pour en assurer la direction actuellement vacante.voitures024

 

Le Directeur de la prospective et de l'observation du territoire aura en effet pour mission de contribuer à accorder aux projets urbains une place stratégique, tout en veillant à la valorisation du patrimoine lavallois pour préparer et anticiper le devenir du territoire communal.

 

L'expérience acquise par Monsieur Philippe SERRE à la Direction de l'administration générale lui permettra de s'appuyer sur les compétences et expertises de l'ensemble des services municipaux pour recueillir et produire les données nécessaires à l'a pproche transversale et à la coordination des actions de cette nouvelle direction."

 voitures008

   

En fait de "direction moteur" (sic), il y a bien peu de choses sous le capot… 

 

 

ordiEn son absence, et à 3 jours de son retour, comme si ça ne pouvait pas attendre, son équipement informatique a été retiré, visité soigneusement, des fichiers ont disparu… Son téléphone a fait l'objet du plus grand intérêt… Son adresse mel a même été soigneusement retirée du scanner collectif.

 

De retour, il a immédiatement été convoqué chez Jean-Marc Milcent, le DGS, qui lui a notifié ses nouvelles "attributions" et désigné son nouveau "bureau". Il lui a été refusé la présence d'un représentant syndical comme témoin.

 

Son "bureau" est le plus éloigné de l'entrée du centre administratif municipal, au 3ème étage.crayon

 

8 m2 qui servaient de local de pause aux photographes municipaux, à côté des toilettes, face au local à ménage et près de la sortie de secours. Impossible à trouver pour qui ne connaît pas les lieux. M. Serre a mis 2 jours à trouver la clef.

 

Et comme il fallait humilier, un petit assortiment de fournitures comme pour un écolier bien en vue sur le bureau : un cahier d'écolier, une gomme, 1 crayon de bois, quelques petits feutres et des paquets de post-it.

 

fournitures

 

En 8 jours, pas un appel téléphonique, pas une lettre, pas de mel autre que ceux diffusés à tous.

 

De toute façon, bien que directeur territorial, il n'a aucun service, pas de secrétariat. A ce jour, le ménage n'a toujours pas été fait, ni sa poubelle vidée…

 

fauteuil

 

Enfin, un fauteuil lacéré et usagé lui rappelle sa nouvelle condition, pour le cas où il voudrait s'en évader par l'esprit.

 

Plus encore que les collègues de son étage, du fait de l'éxiguité du bureau et de la fenêtre, il avait 38° mardi 9 juillet à 16 heures.

 

Nous suivrons régulièrement l'évolution de cette affaire. Le fait que le promoteur, M. Boyer (Jean-Christophe), maire de Laval, soit aussi le conseiller spécial de Mme Lebranchu, interpelle nos organisations syndicales de la fonction publique au plus haut niveau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans Le Placard
commenter cet article

commentaires

Nathan 18/07/2013 22:44


La médiatisation, voilà ce qu'il faut pour faire échec à ces pratiques odieuses qui comptent sur le silence complice pour s"installer. Le huis clos, voilà ce qu'il y a de pire. S'il ne se trouve
personne dans l'entourage des décideurs qui réussisse à leur faire entendre raison, la médiatisation elle peut les amener à faire marche arrière, surtout si, comme dans le cas présent, ces mêmes
décideurs doivent se présenter devant les électeurs d'ici à quelques mois...

charlotte 16/07/2013 21:17


 


Froid dans le dos quand on voit "ouvrons nos placard"


Mais qu'est ce qu'on peut faire pour arrêter ça ?


Scandaleux  de voir que dans certains secteurs, comme les hôpitaux, on ne remplace pas des soignants partant en retraite du fait de restrictions budgétaires et qu'on met des gens au placard
dans des mairies, SNCF etc


Une municipalité socialiste devrait ne pas gaspiller les deniers publics c'est à dire nos impôts pour préserver le service public


 

julien 15/07/2013 23:07


 


Les mises au placard sont des actes de cruauté mentale. Leur réalisation intervient parce que des individus obéissants et pervers les mettent en oeuvre.


Il faut dénoncver ce qui s'apparente à de la barbarie dans l'entreprise. Il faut saisir le Défenseur des droits dont c'est la mission d'enquêter. Puiis ne pas hésiter à saisir la justice.


De par ma profession, je rencontre des personnes qui souffrent au travail. Les cas de mise au placard n'existent pas dans le privé car les entreprises n'auraient pas les moyens. Mais les
entreprises publiques, l'administration d'état et surtout les collectivités territoriales y ont recours plus souvent qu'on ne le croit.


Il faut que le cadre concerné n'hésite pas à saisir les syndicats (je vois que c'est fait), mais aussi qu'il écrive au Procureur de la République.


Bonne chance, je suivrai cette affaire bien que n'étant pas de la Mayenne.

Du pain et du cirque 15/07/2013 14:39


 



L’art du cirque n’est pas concerné par ce qui suit

Vous noterez que c’est bien le cirque des politiciens dont il s’agit et de ce qu’ils ont fait à la république et à la démocratie qui n’existent plus...






Les jeux, quels sont-ils ?



Des substituts subtils



à la pensée.



Ils sont présents partout



pour ne pas nous laisser le temps



de nous oublier.



Ils nous entraînent à gagner,



nous incitent à posséder,



nous amènent à jouer...



toute notre vie.



http://art-engage.net/Le-retour-de-Cesar.html

brigitte 15/07/2013 10:53


Trop bien


mais le problème, c'est, pour le jeu de qui?


Je suis inquiète de  voir tout ce qui se passe dans notre ville et je crains les lendemains qui arrivent.


Qui pourra virer cette équipe?


Qui va vouloir écouter réellement la parole des lavallois? Quelle équipe?