Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 13:27

M. Boyer (Jean-Christophe) aura la palme

de la plus belle bourde

de cette campagne électorale qui s'achève.

 

 

 

Lors du débat à la salle polyvalente, mercredi 26 mars 2014, il a en effet solennellement déclaré :


 

"Je n'ai besoin

d'aucun électeur ! "

 

 

 

 

Décidément, toujours suffisant, Jean-Christophe...

 

 

MAIS

 

il y a plus grave !

 

Dans le Courrier de la Mayenne du 27 mars, M. Boyer déclare, pour vanter les avantages de sa réélection :

 

"Pas de perte de temps inutile dans la transition, pas un jour perdu..."

 

C'est un dérapage inquiétant car il semble remettre en cause l'acceptation même de l'idée d'alternance démocratique...

 

 

Sans exagérer, voilà un argument digne de la Corée du Nord, où les dirigeants, non plus, n'ont pas besoin des électeurs...

 

 

kim-jong-il

Partager cet article

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans Bougons
commenter cet article

commentaires

Vivre ou mourir 28/03/2014 12:14


Quand la France était menacée, ce fut De Gaulle. Pendant la Révolution, de très nombreuses personnes, qui n’avaient aucune formation militaire, sont parvenues à devenir des généraux
formidables, comme Hoche ou Bonaparte ; des avocaillons comme Robespierre, de grands tribuns. Des grandes époques de crise épouvantable suscitent des hommes capables de porter la résistance.
Nous ne sommes pas encore assez conscients du péril. Nous n’avons pas encore compris que nous allons vers la catastrophe et nous avançons à toute allure comme des somnambules.



 


L’idéal de la société occidentale – « bien-être » – s’est dégradé en des choses purement matérielles, de confort et de propriété d’objet. Et bien que ce mot
« bien-être » soit très beau, il fallait trouver autre chose. Et quand le président de l’Equateur Rafael Correa a trouvé cette formule de « bien-vivre », reprise ensuite par
Evo Morales (le président bolivien, ndlr), elle signifiait un épanouissement humain, non seulement au sein de la société mais aussi de la nature. L’expression « bien vivir »
est sans doute plus forte en espagnol qu’en français. Le terme est « actif » dans la langue de Cervantès et passif dans celle de Molière. Mais cette idée est ce qui se rapporte le mieux
à la qualité de la vie, à ce que j’appelle la poésie de la vie, l’amour, l’affection, la communion et la joie et donc au qualitatif, que l’on doit opposer au primat du quantitatif et de
l’accumulation. Le bien-vivre, la qualité et la poésie de la vie, y compris dans son rythme, sont des choses qui doivent – ensemble – nous guider. C’est pour l’humanité une si belle
finalité. Cela implique aussi et simultanément de juguler des choses comme la spéculation internationale… Si l’on ne parvient pas à se sauver de ces pieuvres qui nous menacent et dont la
force s’accentue, s’accélère, il n’y aura pas de bien-vivre. —


Edgar Morin : «  Nous avançons comme des
somnambules vers la catastrophe  »


Anniversaire 28/03/2014 01:09


ANNIVERSAIRE



Julles 28/03/2014 00:50


Les français veulent majoritairement d'une vraie
démocratie apparemment ?


 




Fernand 27/03/2014 21:45



Georges 27/03/2014 21:42


il serait bien que nos soi-disant élites redescendent de leur bulle... financière ou non…

un autre aspect de Georges Orwell, méconnue, devrait leur servir d'inspiration.

La " Common decency" ou en français la décence ordinaire.

Leur autosuffisance autant que leurs insuffisances deviennent abjectes pour ne pas dire odieuses, ce qui est la même chose ou presque. Il est important d'insister sur ce qui n'est plus possible
en ces temps troublés plus que jamais.

http://www.article11.info/?Bruce-Begout-Les-exemples-de-l


http://blogs.mediapart.fr/blog/patrick-rodel/311008/de-la-decence-ordinaire

Il y a des analyses de simple bon sens que les caciques de la gauche seraient bien inspirés de méditer, histoire de se remettre dans la tête les valeurs qui sont celles des gens ordinaires -
l'honnêteté, le sens presque inné de ce qui est moche et de ce qui est convenable.

un petit livre, presque incontournable, à leur recommander à Corneille par exemple :

http://www.amazon.fr/De-d%C3%A9cence-ordinaire-fondamentale-politique/dp/2844852866