Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 13:26

Le coup de foudre…

 

foudre1   foudre

 

 

Le portrait de M. Boyer (Jean-Christophe) dans le Courrier de la Mayenne du 30 janvier 2014 est vraiment très émouvant, et relève presque du conte de fées.


Qu'on en juge. Sous le titre "Et là, j'ai vu la rivière...", il raconte son coup de foudre pour Laval : 


C'est "de passage à Laval" en 1999 que, attablé au bar Le Cap-Horn, au moment où "le serveur lui apporte sa commande, il lève le nez… là, j'ai pris une claque. Devant moi, de l'autre côté de la vitre de la brasserie, j'ai vu la rivière. Juste derrière, les deux châteaux. Au fond, le vieux pont et tout au bout, Avesnières".


Notons au passage sa capacité à se contorsionner car pour voir Avesnières depuis le homme-gif-053bar du Cap Horn, il faut être sacrément souple…



Par contre, il n'avait pas vu ce jour là les 21 jets d'eau qui "décorent" désormais le lit de la Mayenne, mais il les avait sûrement imaginés, c'est ça un visionnaire...

 

coeur

 

 

Cette déclaration d'amour nous a paru trop belle pour être totalement spontanée.


Alors, nous sommes allés relire son précédent portrait dans le Courrier de la Mayenne du 15 mai 2008.

 

 

 

 

homme-gif-017

 

jcb200805 001  jcb201401

 

Son portrait le 15 mai 2008

 

et son portrait le   30 janvier 2014

 

 

Bizarrement, son arrivée à Laval n'y était pas aussi légendaire...

 

En 2008, il racontait sa rencontre avec celui qui est alors "le conseiller de Daniel Vaillant, ministre de l'intérieur" ; et c'est Guillaume Garot qui "lui fait découvrir Laval".

 

Et la politique ?

 

Le 30 janvier 2014, il écrit qu'en 1999, il n'est "pas encore politisé".

 

Le 15 mai 2008, il écrivait : "J'ai toujours été acquis à la cause politique. A l'âge de 8 ans, en 1974, j'ai découvert ce que c'était et je soutenais ardemment Jacques Chirac pour les présidentielles"…


C'est déjà moins poétique, d'autant qu'en 1974, Chirac n'était pas candidat aux présidentielles car c'est l'année où, trahissant Chaban, il allait devenir le Premier Ministre de Giscard.

Notre jeune héros aura probablement confondu avec 1981, date à laquelle Chirac s'est présenté pour la 1ère fois aux présidentielles, avec le soutien, donc, du jeune Boyer (Jean-Christophe).

C'était aussi l'année de l'arrivée de la gauche au pouvoir après 25 ans d'opposition.

 

Tout cela paraît donc un peu confus, mais au fond, la vie n'est pas toujours… un long fleuve tranquille… et un Boyer peut en cacher un autre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Vecteur Libre et Indépendant - dans couacitude
commenter cet article

commentaires

RADIO PIRATE 09/02/2014 16:59


Voilà un beau projet pour les prochaines années : faire de Laval une veritable ville d'eau et tant pis pour les commerces et l'immobilier !


Avec un peu de chances, on pourrait se croire à Venise ...

fileo 06/02/2014 12:56


 


 


A mourir de rire la révélation du maire Boyer JC en voyant la rivière !!


Je pense que c'est surtout en voyant les 2 chateaux qu'il a eu sa révélation..


Devenir le roi de Laval !!!


 

Robert 06/02/2014 00:58


C'est tout à fait ça, comme le dit Bédue


"3 personnes qui décident dans un bureau et les autres qui sont sommés de se taire"

Guy 06/02/2014 00:53


Mais que vient faire ce commentaire au milieu de tout ça?


Il semble que vérité absolue a un problème avec les syndicats pour y revenir sans cesse.


Ancien syndicaliste, je suis moi aussi sorti de tout ça, je retrouve dans les responsables syndicaux les mêmes travers que les responsables politiques: faire carrière en ne faisant surtout plus
le métier qu'on faisait au départ.


Ce blog, il me semble n'a rien à voir avec tout ça. Ceux qui s'y expriment n'attendent pas de se soumettre à un prince pour obtenir une promotion quelconque. Bien au contraire, et ils doivent le
payer assez cher par moment.


J'ai vu l'autre soir une émission avec une lanceuse d'alerte d'une collectivité territoriale qui a connu un vrai enfer.


Ce blog "vecteur libre" est effectivement un lanceur d'alerte.


 

Vérité absolue 05/02/2014 22:05


 


4 milliards de subventions pour les syndicats


C’est, selon un rapport parlementaire partiellement rendu public par « Le Figaro Magazine », le pactole que les collectivités distribuent chaque année aux syndicats français !
L’intégralité de ce rapport, produit par la commission parlementaire d’enquête sur le financement des organisations professionnelles et syndicales, doit être publié cette semaine.


Nicolas Perruchot, député (Nouveau Centre) du Loir-et-Cher et rapporteur de cette commission d’enquête, en avait justifié la création, l’été dernier, par « le sentiment qu’on a affaire à des gens
de moins en moins représentatifs et auxquels on donne de plus en plus de moyens ». Intuition confirmée, in fine, par les travaux de la commission : « Aujourd’hui, les syndicats ne sont pas
financés par leurs adhérents. »


En effet. Le taux de syndicalisation de la France est le plus bas d’Europe : seuls 8 % des salariés (moyenne du public et du privé) sont syndiqués. De sorte que « les cotisations ne représentent
qu’une part infime des budgets syndicaux : guère plus de 3 à 4 % pour les organisations représentant les salariés et de 15 à 60 %, selon les cas, pour les structures patronales », qu’il ne faut
pas oublier. Ailleurs en Europe, relèvent les parlementaires, les cotisations représentent plus de 80 % des ressources des organisations syndi cales. Cherchez l’erreur… Et la gabegie.


Les organisations syndicales disposent de tellement d’argent qu’elles ne savent même plus quoi en faire ! Chacune a son trésor de guerre : la très opaque UIMM, organisation patronale réputée pour
avoir distribué des enveloppes de droite à gauche afin de « faciliter le dialogue social », est ainsi à la tête d’un butin de 505 millions d’euros ; la CFDT avoue, elle, 350 millions d’euros
d’actifs, dont 34,7 millions de « trésorerie disponible ». A la CGT [image en Une d’une manifestation], ces « liquidités » s’élèvent à 42 millions d’euros !


« Pour moi, dit Nicolas Perruchot, la crise de la représentativité des syndicats est liée au fait que les centrales n’ont pas besoin d’aller chercher des cotisants, puisqu’elles vivent très bien
de subventions et de mises à disposition. » On attend avec impatience les réactions que la publication de ce rap port va susciter. Qui osera demander que les subventions et autres mises à
disposition de locaux et de personnels, dont le coût cumulé est donc de plus de 4 milliards d’euros pour les contribuables, soient supprimées, et que les syndicats apprennent à vivre des seules
cotisations de leurs adhérents ?


On peut bien dire ce que l'on veut mais qu iachète qui?