Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog

Archives

26 décembre 2007 3 26 /12 /décembre /2007 17:27

Difficile de parler de "gestion en bon père de famille" !

 Le virtuel, dont Laval serait la "capitale mondiale" selon d'Aubert, est parfois rattrapé par le réel. Si d'Aubert avait produit un film présentant une maquette virtuelle de Laval en 1750, il a quelque peu omis d'abonder, pendant les 13 ans de ses mandats, les crédits suffisants pour l'entretien du patrimoine communal.

 Ainsi, le parc des véhicules municipaux qui est dans un état lamentable, avec des voitures et des camions vieux de plus de 20 ans.

 Les travaux seront importants pour la remise à niveau des écoles, et des parents d'élèves le font souvent remarquer.

 Chacun se souvient des malheurs de l'exposition de la biennale d'art naïf, à l'été 2005 à la Chapelle St-Julien, interrompue en catastrophe pour cause d'effondrement. Depuis elle est toujours fermée, son propriétaire, le Centre Hospitalier, ayant bien d'autres dépenses prévues.

 La bibliothèque du musée, place de la Trémoille, a dû être évacuée, et est fermée, la façade penchant de façon inquiétante.

 En fait, pour compenser la "baisse" (d'ailleurs très limitée) des impôts locaux, d'Aubert a clairement fait l'impasse sur l'entretien du patrimoine communal, laissant à ses successeurs une véritable bombe à retardement.

 Les limites de sa politique apparaissent jour après jour.

 Aujourd'hui, c'est le "château neuf", si l'on peut dire, dont les façades ont été refaites, qui menace de s'effondrer car les murs s'écartent du plancher…

 Manifestement, l'ordre de priorité de la restauration a dû privilégier ce qui se voit, alors même que l'effondrement de poutres dans la salle d'audience, en 1998, avait donné l'alerte…

 Radio France Mayenne a diffusé un reportage très précis et très documenté le lundi 24 décembre 2007.

 "France Bleue Mayenne, Journal de 12 heures, 24 décembre 2007

 Ecoutez la version sonore.

 Bonjour,

 Le chantier du Château neuf de Laval et une grosse frayeur la semaine dernière pour les responsables de la Ville de Laval.

Les travaux en cours sur l’ancien Palais de Justice ont failli mal tourner, on aurait même frôlé la catastrophe. La galerie s’est trouvée fragilisée à tel point que les services techniques de la ville étaient en alerte et qu’on envisageait même une évacuation du quartier du Val de Mayenne situé en contrebas.

La galerie, c’est le bâtiment principal en face de l’entrée de la place de la Trémoille, de l’autre côté, côté rivière, la galerie domine la ville, près de quarante mètres au dessus de la rue du Val de Mayenne.

  Ce bâtiment appartient à la ville, un Château-Neuf pour le nom car le bâtiment est ancien et en mauvais état. Il était occupé par le Palais de Justice jusqu’en 1998, le plafond de la salle d’assises s’était effondré brusquement et le tribunal avait du déménager en urgence.Il a donc fallu trouver une nouvelle destination à ce bâtiment qui doit finalement héberger l’Ecole Nationale de Musique et de Danse.

 Les travaux ont débuté depuis plusieurs mois et semblent donc arriver à un point critique. Les façades de la galerie ont été ravalées avant les travaux intérieurs. Un ordre de priorité qui étonne certains spécialistes, pour qui il aurait été plus logique de commencer par la structure du bâtiment pour la consolider. Les travaux à l’extérieur devant plutôt être menés en dernier. Autrement dit, n’aurait-on pas entrepris les travaux dans le désordre sans assurer la stabilité de l’édifice ?

 En tous cas, la question se pose. Depuis la semaine dernière, l’entreprise qui intervient à l’intérieur du bâtiment pour l’évider s’est aperçue en retirant un plancher que les murs extérieurs de tout l’édifice commençaient à s’écarter de plusieurs centimètres.

Inutile de dire que la situation était inquiétante, il a fallu, dans la précipitation, poser des tirants, c'est-à-dire des renforts, pour consolider les lucarnes ornementées et magnifiques, mais aussi très lourdes. C’est ce qui explique la présence d’engins impressionnants pour ceux qui sont passés à proximité. Les équipes techniques ont été mobilisées jour et nuit jusqu’à jeudi soir pour mettre en place en cas de besoin le plan d’évacuation.

 

Personne ne nie ces désagréments, mais personne non plus ne veut confirmer officiellement les problèmes que rencontre ce chantier : les Monuments Historiques, la Ville de Laval et les entreprises sont aux abonnés absents."

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Je suis aujourd'hui expert auprès des tribunaux (TA, cour d'appel d'Angers, cour de cassation...) alors on peut ne faire confiance, à l'époque aussi, on m'a cru :<br /> http://www.courriermayenne.com/article.php?id=2800<br /> "La chapelle est construite en tuffeau, un matériau fragile et friable : «le tuffeau est extrêmement sensible aux variations de températures», précise Jean-Claude Lelay."<br /> Le Château Neuf aussi est construit en tuffeau. Cela n'augure rien de bon pour son avenir et celui de l'école de musique qu'il devait abriter !
Répondre
O
Si nous en avons parlé :<br /> http://www.laval.maville.com/Des-petits-tracas-sous-la-toiture-du-Chateau-Neuf-/re/actudet/actu_loc-486887-----_actu.html<br /> Mais pas méchament, il suffit de citer d'Aubert  pour ne pas devenir polémique :<br /> « Cela a probablement bougé en avril, mais depuis, c'est stable », rassure le maire François d'Aubert.<br /> D'aubert aurait dû travailler dans les travaux publics ou dans la cartomencie ou peut-être les deux car lui n'attend pas les conclusions des experts pour trouver de bonnes raisons aux désordres quotidiens de la mairie. <br /> Vous avez oublié un autre épisode de la déroute d'Aubertienne : Le naufrage du bateau lavoir, lui non plus ne devait pas couler pourtant, il a sombré et le renflouement a coûté très cher. Il en sera sans doute de même de la Ville de Laval quand il va falloir payer pour toutes ses années d'abus et d'inaction.
Répondre
S
J'ai connu une situation identique à Saumur avec l'effondrement des remparts. La municipalité avait pris ses précautions. Heureusement nous n'avons pas eu de victime.
Répondre
M
Merci à Radio Mayenne de nous avoir informés, curieusement Ouest France n'en parle pas, pourquoi ????
Répondre
C
Les fantaisies de M. d'Aubert ne vont pas contribuer à améliorer la situation du commerce rue du Val de Mayenne !
Répondre