Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog

Archives

12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 23:00

 

 La gestion d'Aubert est de nouveau sévèrement épinglée en cet été 2006. La population s'insurge contre le manque de toilettes publiques et la saleté de celles, "à l'ancienne", qui existent encore.

 L'été 2005 avait vu le désastre de la politique culturelle : la fermeture de la chapelle St-Julien et de son exposition pour cause de chute de pierres, puis l'invasion de morpions et de poux au musée du Vieux château, entraînant également sa fermeture et celle de la biennale.

 

Un dossier bien emm…

 En cet été 2006, c'est les toilettes publiques qui sont en cause, un équipement dont les lavallois et les touristes auraient bien besoin chaque jour, ce qui la fout mal pour une équipe municipale baptisée "Laval au quotidien". Après les poux et les morpions, les mouches…

 Ouest France a publié une enquête particulièrement "fouillée" dans son édition du 9 août, interrogeant des usagers désemparés, des commerçants "emmerdés", et décrivant des jardins publics transformés en petits coins improvisés :

 Les toilettes publiques place du Jet d'eau sont en dérangement depuis un mois. Difficile pour les femmes de trouver des petits coins, propres de surcroît.

 « Maman, j'ai envie de faire pipi », réclame le petit Nicolas âgé de trois ans à sa mère Magali. Elle est bien embêtée car au parking du Britais, derrière la rue du Général-De-Gaulle, les toilettes publiques sont fermées. En centre-ville, il s'avère difficile pour les femmes, les enfants, ou les personnes âgées de trouver des W-C ouverts, et propres.

 Jacky et Isabelle viennent de Fougères et se retrouvent eux aussi devant la porte close du Britais. « On préférerait à la limite qu'elles soient payantes plutôt que publiques et fermées. » Cela fait près de « trois semaines qu'elles sont en panne », précise un employé municipal. « On attend une pièce pour les réparer. »

 Derrière la place du Jet d'eau, la baraque verte qui abrite un W-C public est quant à elle barricadée depuis un mois, à la suite d'un incendie volontaire. « Ils étaient neufs, avec nettoyage automatique, et même un robinet pour se rafraîchir. Ces toilettes dépannaient bien », regrette Sylvie (1) qui déjeune dans le parc voisin.

 Ce n'est que depuis vendredi que la mairie a fait installer « des toilettes chimiques, en attendant l'expertise de l'assurance, et la réfection », précise Roland Houdiard, premier adjoint. Toutefois, jusqu'à lundi, le cabinet pour femme était encore fermé avec un cadenas.

 Pendant un mois, les femmes étaient bien embêtées. Les hommes eux ne se gênaient pas. Monique tient la sandwicherie « la Fringale », au square Foch, et a pâti de l'absence de toilette en centre-ville. « Les personnes âgées, et les parents qui accompagnent leurs enfants au manège viennent se plaindre. En plus, les gens font leurs besoins dans le parc derrière ma boutique, on y retrouve du papier toilette. »

 Propreté douteuse

 Bref recensement des autres « petits coins » lavallois. Hormis une seule toilette payante à la médiapôle, on trouve principalement des urinoirs, à l'hygiène plus que douteuse. Pour Isabelle, qui court régulièrement le long de la Mayenne, « il est difficile de faire une pause en centre-ville si besoin est ». Quai Paul-Boudet, se situent des urinoirs en fer forgé, négligés. Sur l'autre rive, quai d'Avesnières, des toilettes turques à l'arrière de l'écluse, sont aussi à la disposition du public. La propreté n'est pas au rendez-vous.

 Du coup, il ne reste qu'à se rabattre sur les toilettes du square de Boston. « Ce lieu est complètement abject », confient les boulistes, une trentaine à jouer tous les jours de 14 h à 19 h. « On voit régulièrement les touristes rebrousser chemin face à l'état de ces toilettes publiques. L'an passé, on les a montrées au maire. Un projet de réaménagement du square serait à l'étude, on espère que les toilettes en font partie. »

 La situation est similaire près du tribunal, place Saint-Tugal, où une guérite abrite une toilette turque. Des mouches, une odeur pestilentielle qui présage d'une absence prolongée de nettoyage. Question hygiène, le passage d'un employé municipal est prévu quotidiennement. Mais dans certains petits endroits, c'est plus qu'un nettoyage qu'il faudrait.

 Le responsable du patrimoine voulait récemment changer le nom du "Vieux Laval" : nous lui suggérons "Clochemerle", car, à Laval, le roman de Gabriel Chevallier est en train de compléter l'œuvre du père Ubu.

 Pas à l'aise…

 La lecture de cet article a fait trembler l'entourage de d'Aubert, heureusement en vacances, et a transformé quelque peu son cabinet politique en cabinet d'aisance.

 Tous sans-papiers ! 

 Bien évidemment, non seulement les toilettes restantes sont peu reluisantes, mais inutile d'y chercher du papier… C'est un luxe que la ville ne peut offrir.

 Faut pas pousser !!!

 Les lavallois se souviennent que les toilettes publiques municipales, installées à l'époque sous la gare des TUL, étaient ouvertes 7 jours sur 7, gardées et nettoyées en permanence par une employée municipale (il y avait même une pancarte "pourboire interdit"). A leur départ en retraites, les postes des "dames pipi" ont été supprimés, et les toilettes publiques ont été remplacées par de l'automatique. Voilà des économies bien peu avisées, qui démentent le dicton que "l'argent n'a pas d'odeur". Même en ces lieux, un peu de présence humaine est pourtant bien appréciée… Il s'agit là d'un service public de base qu'une municipalité a le devoir de maintenir : c'est le moindre des respects pour les administrés.

 L'explication ?

 En fait, Laval se veut la capitale mondiale de la "réalité virtuelle" : pour les toilettes publiques, c'est une réussite…   

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Trop facile à calculer :<br /> En coupures de 5 euros : 112,86 cm,  de 10 euros : 56,43 cm,  de 20 euros : 28,21 cm, de 50 euros : 11, 28 cm.<br /> Impressionnnant tout de même, c'est une bonne approche pour bien appréhender l'ampleur du trou de Laval Spectacles...<br />  
Répondre
E
 C'est bientôt la rentrée, rien de tel qu'un petit exercice arithmétique pour se remettre dans le coup...<br /> Tous à vos calculettes !<br /> Sachant que le trou de Laval Spectacle est de 51300 euros, que l'épaisseur du papier monétaire est de 0,11 millimètres, quel serait la hauteur (exprimée en centimètres) à prévoir pour le distributeur de papier équipant le trou faisant office de toilettes publiques si les feuilles étaient constituées par :<br /> des  coupures de 5 euros ? de 10 euros ,de 20 euros ? de 50 euros ?<br />  
Répondre
L
suggestion : et si le trou de Laval spectacles servait de toilettes publiques... ça rembourserait un peu le contribuable !!!
Répondre
J
Pas d'accord, M. d'Aubert est d'abord le maire de LAVAL. S'il n' a pas le temps de tout faire, qu'il arrête de cumuler. Les toilettes publiques sont un vrai problème. Quand je promène mon fils et qu'il demande à faire pipi ou caca, que dois-je lui répondre ? d'aller derrière une voiture ou un arbre, alors que je m'efforce de lui apprendre la propreté ?<br /> Déjà, je déplore qu'il crache, et qu'il me répond que Zidane le fait... ça promet pour les cours de récréation à la rentrée...<br /> Il y a aussi le problème des crottes de chiens. Les trottoirs de Laval sont sales à cause de l'indiscipline de nos concitoyens. Il faudrait leur mettre des amendes.
Répondre
A
Cessez d'importuner François d'Aubert avec des questions aussi futiles. Je vous rappelle qu'il a en responsabilité, en sa qualité d'ambassadeur ITER, l'avenir énergétique de notre planète pour les 50 ans à venir.<br /> C'est quand même plus important que ces questions de toilettes publiques.
Répondre