Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Syndicat FO des municipaux de Laval
  • : Blog du syndicat FO des municipaux de Laval
  • Contact

Le Système...

 

transition

D'un Système à un autre Système...
La décentralisation : ils ne vous disent pas tout !
Les urnes parleront dans :
urne

Recherche

Contacts

Directeur de publication du blog:
Loïc Réveille,
Secrétaire du syndicat FO des municipaux de Laval
Siège : 94, rue de Rennes 53000 Laval
Tél : 0243534226
Mail : fo@mairie-laval.fr
hébergement : Overblog
Contact overblog

Archives

24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 22:15
Sarkozy vient, lui aussi, de refondre son organigramme. Après avoir créé un sous-ministère croupion de la fonction publique, rattaché au ministre du budget, une nouvelle étape vient d'être franchie avec la suppression pure et simple de cet appendice devenu inutile...

Il est vrai que le pauvre Santini (feu Sous-Ministre de la Fonction Publique) traînait beaucoup de casseroles, qu'il n'était plus guère présentable, que l'histoire ne retiendra strictement rien de son action ministérielle et, enfin, qu'il était bien meilleur et drôle dans son action de président fondateur du club des parlementaires fumeurs de havanes...

Désormais, c'est Woerth, le ministre du budget, ce sinistre comptable, qui gèrera seul les questions relatives aux personnels qui servent dans les trois fonctions publiques.

Quel cynisme et quel mépris affichés à l'égard des 5 millions de fonctionnaires !!! Même pas un sous-ministre !!!

Mais ceci résulte logiquement du contenu même  de la politique gouvernementale en cette matière. Elle se réduit désormais à une simple équation financière. Sarkozy l'a d'ailleurs rappelé lors de son discours devant le congrès réuni à Versailles : " Nous ne reculerons pas sur la règle du non remplacement d’un départ sur deux à la retraite dans la fonction publique. Non pour des raisons idéologiques mais parce que c’est une condition de l’efficacité de notre administration et de l’amélioration des conditions de vie et de carrière de nos fonctionnaires...".

C'est très clair : ce gouvernement a une vision purement comptable et financière de la gestion de ses propres agents. En nous tous, il ne voit qu'une armée de boulets qu'il traîne (la "Masse Salariale", comme ils aiment à dire...), et dont il faut se débarrasser au plus vite. Pour faire cela, et rien que cela, il n'est point nécessaire de maintenir un ministère fantôme, une annexe du Budget, dont l'autonomie était devenue nulle et l'action insignifiante.

Comme l'indique l'article du Monde du 24 juin 2009 (reproduit ci-dessous), cette disparition du ministère de la Fonction Publique est une première depuis 1958 !

Malheureusement, et c'est assez consternant, cette vision financière et comptable, étriquée, moisie et  rabougrie, est partagée par bien des émules et là où, précisémment, il était légitime d'espérer une plus grande imagination, un plus grand discernement et le retour à des valeurs fondamentales dont l'indépendance et la primauté absolue de la fonction personnel par rapport à la fonction financière....

Et oui, hélas, trois fois hélas, la Ville de Laval s'est elle-même fourvoyée en reconduisant dans sa propre organisation ce schéma monstrueux, en reprenant à son compte la création du fameux "pôle ressources",  dont la paternité revient au tandem "D'Aubert-Delory".

Le maintien de cette organisation malsaine et perverse, contraire à tous nos principes fondamentaux, annexant la gestion du personnel aux finances, a conduit notre organisation syndicale à s'abstenir sur le projet d'organigramme présenté par la municipalité.

De plus, la municipalité a signifié son attachement à ce "pôle ressource" en lançant le recrutement d'un "administrateur" pour le diriger, soit au niveau du plus haut grade de la fonction publique territoriale !!!

Nous reproduisons ci dessous deux articles de presse consacrés à la disparition du ministère de la Fonction Publique.

Le Monde du 24 juin 2008.

Disparition du secrétariat à la Fonction publique : une première depuis 1958.

           

La disparition du secrétariat d'Etat à la Fonction publique, à l'occasion du remaniement ministériel mardi, est une première depuis au moins 1958, selon la CGT, et a suscité mercredi la préoccupation de la CFTC et l'inquiétude de la FSU.

 

"Depuis 1958, dans la Vème république, il y avait toujours eu au moins un ministre ou un secrétaire d'Etat à la Fonction publique. C'est un geste lourd de signification", a déclaré à l'AFP le secrétaire général de l'union générale des fonctionnaires CGT Jean-Marc Canon.

 

"Cette disparition montre que la fonction publique n'est plus vue que sous l'angle macro-économique, uniquement sous la forme de contraintes financières et comptables (...) les effectifs de fonctionnaires devenant une simple variable d'ajustement", a ajouté M. Canon.

 

Le remaniement a "eu pour conséquence la disparition non seulement du secrétaire d'Etat à la Fonction publique (André Santini, NDLR) mais du secrétariat d'Etat lui-même", a également relevé la FSU dans un communiqué mercredi.

 

"Eric Woerth est désormais seul en charge du Budget, des Comptes publics, de la Fonction Publique et de la réforme de l'Etat. Cette décision passée quasi inaperçue est une première depuis des dizaines d'années : désormais les fonctionnaires n'auront plus comme interlocuteur un ministre ou un secrétaire d'Etat en charge exclusive de la Fonction Publique", ajoute le communiqué.

 

Cette décision "implique une conception dangereuse de l'organisation de l'Etat où les valeurs et les principes de la fonction publique ne seront plus portés par un ministre spécifique mais risquent d'être subordonnés uniquement aux choix budgétaires", estime la FSU.

 

"Dans une période où la Fonction publique est attaquée de toutes parts dans ses fondements mêmes, la FSU exprime sa plus vive inquiétude face à la situation ainsi créée en catimini", conclut le communiqué.

 

La CFTC-FAE affirme dans un autre communiqué qu'elle "regrette la suppression du Secrétariat d'Etat à la Fonction Publique".

 

Cette suppression est "préoccupante, et souhaite qu'elle ne traduise pas un moindre intérêt pour les questions touchant à la fonction publique", estime le syndicat.

 

La FSU, essentiellement présente dans l'enseignement, a recueilli 11,1% des voix aux élections professionnelles dans l'ensemble des trois fonctions publiques (d'Etat, hospitalière et territoriale) et la CFTC 3,3%. La CGT est le premier syndicat, avec 23,4% des voix.

 

 

L'express Blog du 24 juin 2009

Thomas Bronnec

La Fonction publique, victime du remaniement

 

C'est peut-être le premier couac du nouveau Bercy : le départ d'André Santini, qui a entraîné la disparition pure et simple du secrétariat d'Etat à la Fonction publique. Ce dossier sera directement géré par un Eric Woerth explicitement affublé d'une triple casquette - Comptes publics, Fonction publique et Réforme de l'Etat. C'est la première fois depuis plus de vingt ans que personne ne s'occupera, à temps plein, des agents de l'Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités locales. "C'est vrai qu'on a été surpris, confie-t-on d'ailleurs au cabinet d'Eric Woerth, et qu'il risque d'y avoir parfois un problème de représentation car l'agenda du ministre est très chargé".

 

C'est aussi l'une des inquiétudes des syndicats. "Nous représentons quand même cinq millions d'agents, me confie Brigitte Jumel, secrétaire générale de la CFDT fonctionnaires, cela nous donne  le droit d'avoir un interlocuteur disponible. Mais surtout, regrouper encore plus toutes ces thématiques autour du Budget implique une vision strictement comptable de la fonction publique, qui risque d'accélérer la baisse des effectifs, sans réflexion sur les missions".

 

Les organisations syndicales devraient diffuser leurs communiqués ce soir, pour faire part de leurs interrogations, avant d'en parler directement demain à Eric Woerth à l'occasion du rendez-vous sur les négociations salariales, qui démarre à 9h à Bercy.


Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> FO en hibernation ? Plus de nouvelles... La mairie de Laval serait elle devenue un paradis ??<br /> <br /> <br />
Répondre
T
A Laval, on a une longueur d'avance... Bientôt on n'aura même plus la possibilité de travailler plus pour gagner plus, comme on nous le promet si bien "en haut" : avec la reprise en main de la fonction personnel par le "pôle ressources", nul doute que la rémunération éventuelle des heures sup' ne sera plus qu'un lointain souvenir...
Répondre
D
Encore un bel exemple de l'équivalence droite-gauche , de la similitude des comportements , on dirait des frères siamois.Les élus LAVALLOIS avec à sa tête le guide des socialistes , le guide suprême des principes socialistes , ont précédé ce remaniement avec la même principe organisasionnel et le même but: dégraisser " la masse salariale ".On peut même penser que Sarkozy s'est inspiré de l'exemple LAVALLOIS ! d'ici à ce que LE MAIRE soit nommé ministre  ?Mais à trop dégraisser, on grippe la machine ......................................
Répondre